publié le 26 juin 2016

le RSA

fin du rsa qui est un echec qui provoque de nonbreuses fraudes sociales

publié le 23 juin 2016

supprimer l ISF

fin de l impot sur la fortune des 2017

publié le 22 juin 2016

mbghorfi

Faire face aux menaces

La Défense touche tous les aspects de nos vies. Agir, c’est faire preuve de lucidité face à ce monde troublé et ne pas baisser la garde. Performant grâce à la mobilisation de toute la communauté de défense, notre outil militaire est en réalité de plus en plus fragile. Et pour salutaire qu’elle soit, la décision prise en mai 2015 d’augmenter le budget de la Défense et de réduire les baisses d’effectifs a confirmé le mauvais calibrage du dispositif initial, dont l’actuel président de la République porte l’entière responsabilité. L’autonomie de la France requiert pourtant davantage d’imagination et d’ambition. Agir pour notre défense, c’est aussi contribuer au réveil collectif des Européens, car la France ne saurait devenir le centurion de l’Union. C’est du développement de relations de défense entre les Etats responsables que naîtra aussi la Sécurité de chacun.

publié le 22 juin 2016

mbghorfi

Culture et Communication

Le secteur public de l’audiovisuel doit aider nos concitoyens à mieux comprendre le monde complexe qui les entoure. La politique culturelle de l’État a besoin de retrouver un sens et un cap. En se faisant à nouveau stratège, acteur et fédérateur, l’État doit construire un nouvel élan, un élan partagé. Il faudra donc agir, pour mobiliser les énergies de tous les acteurs, relancer la politique du patrimoine, accompagner nos créateurs, donner toute sa place à l’éducation artistique et culturelle dans le cadre d'une priorité renouvelée à l’éducation, conduire la transition numérique, conforter le rayonnement et l’attractivité culturels de la France.

publié le 22 juin 2016

l emploie

il faut faire baisser les charges social des entreprises pour creer des emploies .

publié le 21 juin 2016

cengel67

Référendum

Je propose une généralisation et une refonte du référendum en France. Dans notre République, le référendum n'est utilisé que très peu. Le dernier référendum national date de 2005 (on se souvient surtout du goût amer qu'il avait laissé à l'Europe) et il n'y en a seulement eu 10 en presque 60 ans de République, soit environ 1 tous les 10 ans. Alors qu'en Suisse, qui figure parmi les 10 meilleures démocraties au monde (là où la République française n'est "que" au 27e rang et est considérée comme "démocratie imparfaite"), il y a eu presque 300 consultations populaires depuis 1981 ! Certes, depuis la grande réforme constitutionnelle de 2008 réalisée par Monsieur Sarkozy, le référendum peut être à l'initiative des citoyens, alors qu'il n'était auparavant qu'à l'initiative de l’exécutif, en particulier du Président de la République. Mais je trouve que l'aboutissement au référendum nécessite un long et complexe processus et, au final, il y a peu de chances d'aboutir à la consultation populaire. Beaucoup de politiciens se défendent (notamment de gauche) en disant que préparer, organiser un référendum et faire campagne coûterait une fortune ! Mais bon sang ! Soyons moderne ! Utilisons Internet ! Un peu comme ce que font les adhérents des Républicains ! Nous ferons en plus de cela un geste pour l'environnement. Je propose donc de : 1/ rendre obligatoire un référendum pour TOUTE modification de la Constitution, à la manière du "référendum obligatoire" de nos voisins helvétiques. Il est important que le peuple ait son mot à dire sur le texte suprême de notre République. Il est d'ailleurs à la base de cette Constitution ! Il l'a approuvée en 1958 et bon nombre de ses articles y font référence (gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple). 2/ renforcer GRANDEMENT le référendum d'initiave partagée : • élargir ses champs d'action mentionnés au premier alinéa de l'Article 11 de la Constitution ; • supprimer définitivement l'initiative parlementaire initiale et introduire une vraie initiative POPULAIRE ; • réduire LARGEMENT le nombre de signatures requises (je propose 250.000 signatures sur un délai de 150 jours) ; • supprimer la limite de temps pour abroger une loi promulgée auparavant ; • réduire la limite de temps pour refaire une votation populaire sur un texte déjà rejeté par voie référendaire (je propose 6 mois) et • abroger définitivement le mot final des parlementaires sur le texte et passer directement (après récolte de 250.000 signatures en 150 jours) au référendum. 3/ renforcer le référendum local. Certes, ce dernier existe déjà mais c'est uniquement pour une modification des statuts d'un département, d'une région ou d'un outre-mer (DROM, COM, etc.). Je me souviens avoir discuter avec mon Maire, très proche de ses administrés. Il souhaitait faire un référendum sur la construction d'un éco-quartier mais il ne pouvait pas. Je propose donc la mise en place d'un référendum communal qui devra être à l'initiative de 5% (5% pour les villes de moins de 100.000 habitants, 10% pour celles de plus de 100.000 habitants) des électeurs inscrits sur la liste électorale de la commune, initiative qui devra être récoltée dans un délai maximal de 45 jours.

publié le 21 juin 2016

boaz

La France va mieux

Monsieur Hollande nous dit "la France va mieux", nos amis Européens se disent"Ah enfin, les Français redeviennent sérieux"... manque de chance, il y a l'Euro, une fête propre. Propre sauf que les supporters de chaque pays découvrent des tas d'ordures ménagères dans chaque rue de la capitale. C'est cela une fête propre, et une fête de supporters qui se battent à Marseille, c'est la joie du sport.... Monsieur Hollande, réveillez-vous la sieste a été longue, il faudrait encore plus de sécurité lors des manifestations à Marseille.

publié le 20 juin 2016

reforme du statut des intermitants du spectacle .

la fin du statut des intermitans du spectacle .

publié le 19 juin 2016

impots sur le revenus .

le retour de la defiscalisation des heures supplementaires .

publié le 18 juin 2016

aechhuan

Protection sociale

La crise économique que subit notre pays n’a pas épargné les hauts diplômés. En effet, les professions libérales et cadres de multinationales eux même sont touchés par le chômage de longue durée et la précarité. Certains de nos hauts diplômés ont souffert de maladies longue durée et se trouvent maintenant en mesure d’exclusion car ont perdu leur appartement et sont logés en centre d’hébergements comme des sans abris. Le manque de responsabilités de certaines familles à ne pas mettre en œuvre des assurances privées de prévoyance bien que contractées font qu’aujourd’hui des travailleurs handicapés dépendent maintenant du régime général de prévoyance. Ce régime général de prévoyance ne remplie pas son rôle car il présente un frein au relogement comme à la réinsertion. Mes revenus perçus au titre de l’invalidité de 1ère catégorie depuis sa prononciation en 2014 ont fortement diminués. La pension Cramif s’élevait à 550 €, les AAH (allocations adultes handicapés) à 250 € et la Mairie de paris (action sociale) me versait 100 € (Paris solidarité) soit un total de revenus de 900 € par mois en 2014 et 2015. En 2016, la CAF de Paris se basant sur l’avis d’imposition des revenus 2014 où j’ai perçu durant seulement 4 mois des allocations de chômage de la part de pôle emploi a fait passé mes AAH de 250 € à 44 €. La Cramif a diminué à 527 €. Depuis cette année je ne perçois plus que 671 € alors que je suis expert comptable diplômé. Le CHRS (centre d’hébergement et de réinsertion sociale) ne me donne pas droit de la part de la CAF à la majoration pour vie autonome de 100 €. Car je ne perçois pas les ALS (allocation de logement sociale) or ceci ne me paraît pas normal. Le CHRS m’a orienté pour rompre la solitude que l’on rencontre dans ce genre de situation vers une association qui propose du Yoga gratuitement. Ceci m’a permis de sympathiser avec une femme de mon âge qui se trouve depuis 3 ans au chômage et ne perçoit que les ASS (allocation de solidarité spécifique) soit 480 €. Pour ma part je suis sans activité depuis 4 ans. Compte tenu du manque de solidarité et de liens sociaux auxquels nos citoyens sont confrontés avec leurs familles et ainsi d’absence de soutien financier de leur part je serais favorable à une revalorisation des revenus des travailleurs handicapés 1ère catégorie, des bénéficiaires des ASS et du RSA. Pour ces invalides en attente de relogement en HLM, il ne devrait pas y avoir de baisse de revenus comme je le vis. Les avis d’imposition N-2 sont seulement étudiés alors que l’avis d’imposition N-1 devrait être retenu. Il conviendrait que la Cramif, la CAF et la Mairie retiennent les revenus les plus bas des 2 dernières années. De même les hébergé en CHRS devrait bénéficier de la majoration pour vie autonome au même titre que les personnes logés à l’hôtel au mois. Rendre prioritaire un revenu universel minimum de 900 € pour les travailleurs handicapés et les bénéficiaires des ASS et du RSA à partir de la 2ème année de précarité inclus est une solution pour permettre leur réinsertion et leur maintien dans un logement stable. Paris solidarité pourra être proposé en complément. Ces personnes doivent pouvoir retrouver au bout de 2 ans toute leur autonomie. Elles doivent pouvoir se nourrir, se vêtir, maintenir le bon fonctionnement de leur matériel informatique pour rechercher de l’emploi… Ceci permettra d’éviter à ses personnes touchées un déclassement économique et social. Je suis persuadé que nos politiques doivent prêter une attention particulière à ces professions libérales, cadres et employés qui ont besoin d’être soutenu en matière de protection sociale tout au long de leur reconstruction professionnelle ce qui ramènera de la compétitivité dans notre économie.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains