publié le 31 mai 2016

Relancer l'économie et la confiance

A-t-on tout essayé en matière de chômage? Certains diront oui...d'autres non et j'en suis.... Si on baisse les charges des entreprises les salariés et les syndicats seront opposés. Si on augmente les salaires, les entreprises ne pourront pas faire face. Je propose donc d'agir sur plusieurs leviers simultanément. Retour aux heures supplémentaires défiscalisées. Retour aux 39h pour les volontaires. Augmentation de la TVA de 4% environ, contrôles drastiques des aides et allocations diverses, dégressivité des allocations chômage, baisse des charges patronales de 40% (les petites baisses n'ont aucun effet). 50% de ces 40% de baisse serviront OBLIGATOIREMENT à l'AUGMENTATION des salaires. Les autres 50% seront pour l'entreprise. Si celle-ci embauche ou investie, la France est gagnante sinon l'argent augmentera la marge brute donc l'IS de la société. Le salarié reprendra confiance et verra son pouvoir d'achat augmenter et acceptera plus facilement la hausse de la TVA. Il paiera des charges et impôts sur son nouveau salaire. Les aides et allocations seront diminuées à cause de ses revenus qui auront augmentés. Il consommera volontier. Dans le même temps les employés de la fonction publique pourront être déplacés s'ils sont volontaires. Exemple : si l'on supprime des postes à la sécurité sociale, 1 secrétaire de cette institution pourra effectuer sa fonction dans la police(avec augmentation). Les délinquants condamnés devront indemniser les victimes en vendant certains de leurs biens. Une simple amande ne rend aucunement la justice. Cette relance via ce cercle virtueux ne lésera personne. Différentes économies dans tous les domaines sont indispensables. Toutes les sociétés de moins de 10 salariés pourront embaucher une personne avec charges à 0€. Tous les fonctionnaires "en cours " garderont leur statut. En revanche tous les nouveaux seront à égalité avec le privé. La France doit être en mouvement. Les réformes les plus difficiles à prendre devraient être soumises à référendum de manière à dire aux syndicats clairement que c'est le peuple qui a choisi.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains