publié le 21 octobre 2015

réforme hospitalière

Les dépenses hospitalières seront durablement réduites tout en préservant la qualité et la sécurité des soins grâce à la mise en œuvre de mesures structurelles. Parmi celles-ci, il conviendrait de : - Organiser sous l’égide des ARS, le regroupement des plateaux techniques et le retrait d’autorisation des activités hospitalières n’atteignant pas un seuil garantissant la sécurité et la qualité des actes médicaux ; - Organiser par territoire le groupement d’activités médicales et de support pour bénéficier des effets d’échelle (groupement hospitalier de territoire , GCS…) ; - Déléguer la quasi-totalité des dotations aux ARS ainsi que le soutien aux plans d’investissement hospitalier harmonisé au Plan régional de santé et financièrement crédible ; - Faciliter l’émergence de structures de prise en charge des soins de premier recours et pour certaines servant de filtre à l’accès aux urgences contribuant ainsi à leur désengorgement ; - Rendre plus autonome, la gestion des CHRU en matière de personnel, de recherche et d’équipements ; - Revoir le temps de travail hospitalier afin d’améliorer la qualité des prises en charge, par un retour progressif aux 39h et en payant effectivement les heures supplémentaires. Ces mesures pourraient limiter le recours onéreux aux intérimaires ; - Mettre en adéquation la progression des soins en ambulatoire et le nombre de lits en hospitalisation complète.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains