publié le 03 avril 2016

Réforme du Traité européen

Alors que Valérie Giscar d' Estain présidait le gouvernement européen, un ardent désir à l' union du continent se manifestait sans à cet instant m' imaginer qu' un désastre terroriste d' une telle ampleur surviendrait dans l' histoire au XXIe siècle. Aujourd'hui, les forces de polices nationales en Europe manquent sensiblement de collaboration pour une organisation judiciaire européenne plus solide et efficace contre le terrorisme étranger. À cet instant, une question importante se présente : En dépit des différences législatives nationales européennes, serait-il possible de restructurer le Traité européen en faisant la distinction entre deux points ? 1_ La législation en chaque nation pour une justice interne respective à chaque membre européen. 2_ Une législation européenne commune en politique, justice et sociale envers les étrangers au continent. De cette façon, qu' un terroriste africain (ou autre) voyage d' un pays européen à un autre, la justice adoptera toujours les mêmes pénalités, au contraire le fait de fuire d'un pays européen à un autre s' ajoutera dans son fichier comme manque de coopération avec la police. Les diverses polices nationales européennes doivent cesser d' hésiter à se communiquer des informations importantes si elles souhaitent d' un côté ne pas mélanger pouvoir et responsabilité de l' autre éviter que l' Europe soit constituée de trous favorables aux territoristes étrangers.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains