publié le 22 novembre 2015

Primaute de la nationalite francaise (et demain europeenne ! )

A l'instar de ce que font les Russes notamment, pourquoi ne pas subordonner l'acquisition de la nationalite francaise (ou d'1 autre pays europeen de l'Union ou en voie d'integration) a l'abandon de sa nationalite d'origine ? La seule derogation a la regle est lorsque le pays d'origine lui ne l'exige pas, dans l'autre sens, mais seulement dans le cadre de l'existence des conventions bilaterales prevoyant le service dans l'armee le cas echeant au pays de residence + la primaute du droit de la famille du pays de residence. En clair : si le pays d'origine est pret a respecter le choix de residence de son ressortissant et son allegeance militaire et juridique a un etat tiers en laissant a l'individu la liberte de sejourner dans son pays d'origine moins de 6 mois par an sans contrainte de visa notamment. Reste le cas extreme (de l'Union Sovietique autrefois ! ) de l'etat d'origine qui ne reconnait pas la double nationalite mais considere toujours l'individu comme ressortissant : la nationalite ne peut etre accordee qu'apres renonciation formelle du ressortissant a sa nationalite d'origine, rare !

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains