publié le 05 novembre 2015

LIBERALISER NOS MEDECINS ET REDONNER DU POUVOIR D ACHAT

Notre protection sociale n'a pas cessé d'augmenter ces dernières décennies mais pas la qualité de travail de nos médecins généralistes ou urgentistes. Le tout gratuit génère une consommation excessive de visite chez le médecin ou aux urgences, car tout devient un motif d'urgence. Pourquoi ne pas faire marche arrière en revenant à une sécurité sociale qui ne couvre plus que les petits risques pour les personnes agées de 16 à 65 ans, un peu sur le modèle des indépendants ( libéraux, artisans ...) qui avant Mr MADELIN était moins couvert et en contrepartie, retirer la CSG-RDS sur les salaires et revenus du travail. Par petits risques, j'entends par exemple l otite, la conjonctivite, le rhume , la grippe , la gastroentérite, la tendinite, les petites sutures etc... en excluant les maladies chroniques qu'il faut garder en gros risque. Le bon sens populaire devrait réapparaître ainsi que l'émergence de médecine douce . ( grog et camomille remis au goût du jour...) En parallèle, n'étant plus prise en charge par la "sécu" les consultations médicales pour petits risques pourraient être libéralisées de manière à ce que chaque médecin puisse fixer son tarif. Les conséquences d'une telle décision seraient il me semble: - un désengorgement des salles d'attente des médecins qui pratiqueraient des tarifs libres. La qualité des soins ne devrait en être que meilleure puisque le Docteur serait moins surchargé. -L'installation de médecins seraient j'estime favoisée ET le pouvoir d'achat des "travailleurs" s'en trouverait augmenté ( 8 % de charges salariales en moins) hormis lors des périodes de maladie. En période orageuse , il faut savoir réduire la voilure.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains