publié le 16 octobre 2015

Les Syndicats après 2017

La proposition de supprimer l’exclusivité des syndicats dans le dépôt des listes aux premiers tours des élections CE/DP est un point de départ qui va établir un minimum de démocratie dans l’entreprise, mais qui devrait être complété par d’autres mesures tenant compte de l’affirmation de non-neutralité politique des syndicats lors des élections de 2012. Au niveau des entreprises il faut donner à leur DRH la gestion du budget social et culturel et l’ôter aux syndicats qui, comme on l’a constaté dans certaines affaires qui intéressent malheureusement peu les juges, ne se gênent pas pour détourner une partie de cet argent. L’existence probable d’emplois fictifs dans les Comités d’entreprise doit amener à les supprimer, tout comme le doublonnage qu’ils exercent vis-à-vis des délégués du personnel (Dans mon ancienne entreprise les problèmes soumis aux DP, même quand ils avaient été réglés par eux, étaient quand même rediscutés à la réunion du CE, et les DP passaient pour des sous-élus par rapport aux membres du CE). Les délégués du personnel élu seraient quand même chargés de décider des activités prises en charge par le budget des œuvres sociales et culturelles et participeraient à leur mise en œuvre. Il est par ailleurs anormal que les interlocuteurs de la direction pour les discussions salariales ou autres soient des représentants syndicaux et non des élus issus des DP. Cela permet à de non élus d’avoir un rôle prépondérant par rapport aux élus et cela peut entrainer une mauvaise représentation du personnel auprès de la direction si les délégués syndicaux sont tous issus de la même catégorie de personnel. Les délégués syndicaux resteront les « chefs » des syndiqués de leur paroisse mais devront être élus pour représenter le personnel auprès de la direction. Au niveau national il est anormal que les syndicats co-dirigent des organismes d’état comme la Sécu ou Pôle-emploi : cela signifie que la gauche, battue aux élections, continue de gouverner plusieurs organismes paritaires, ceux-ci s’ajoutant aux prétendues autorités indépendantes qui ne le sont en fait pas comme le CSA. La taxe qui augmente le coût du travail et qui est reversée aux syndicats depuis début 2015 est un scandale auquel il faudra enfin mettre un terme au plus vite.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains