publié le 13 octobre 2015

LES FORMATIONS PARAMEDICALES

Infirmier de profession, je suis au coeur des métiers de la santé. Mon métier me permet de collaborer avec l'ensemble des professionnels de santé, que ce soit les médecins, les aides-soignants, les masseurs-kinésithérapeutes, ... Au quotidien, je suis confronté à une réalité du terrain et du travail, cette réalité, est ce qu'on nomme "LE GLISSEMENT DE TACHE". Tous les jours, je dois réaliser des actes qui ne sont pas forcément de mes compétences professionnelles, tout comme je dois demander aux aides-soignants avec qui je travail de réaliser des actes qui ne sont pas dans leurs champs de compétences, mais le manque de temps, la surcharge administrative, ... fait que chaque niveau de la fillière soignante délégue des actes pour être sur de réaliser son travail. Bien entendu ce glissement de tâche est réfléchi et ne met pas en danger la vie du patient, mais il est présent et surtout ILLEGAL. Le plus flagrant, est l'administration des médicaments par les aides-soignants. En EHPAD (Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) cette pratique est nationale, nous la rencontre partout. Je crois qu'il est important de prévoir une refonte totale des formations médicales, paramédicales et du secteur du service à la personne pour retravailler en concertation avec l'ensemble des acteurs les décrets de compétences de chaque profession et ainsi offrir aux bénéficiaires une prise en charge efficace, mais surtout sécuritaire de leur santé lors de la réalisation des soins. Il est important de revoir les délégations d'actes entre les médecins et les infirmiers. Il est important de revoir la possibilité d'offrir aux infirmiers le droit à la prescription pour certains actes (bilan sanguins, ...) et la prescription de thérapeutiques (certaines classes de médicaments, renouvellement des vaccins, matériel pour pansement, diabétiques, ...). Il est important de revoir la collaboration entre infirmier et aide-soignant et revoir les compétences des aides-soignants en leur offrant plus d'autonomie dans la réalisation de certains soins. Il faut rompre ce tabou du "GLISSEMENT DE TACHE", sortir de cette illégalité "TOLEREE" et remettre le patient au centre de notre réflexion.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains