publié le 11 mars 2016

Les économies commencent par une vision puis une réorganisation

Depuis la régionalisation, il semble que le nombre de grands projets structurants d'étiole. Paris semble une ville endormie à côté de Londres par ex. mes rôles passés me font dire que la collectivité territoriale manque essentiellement d'innovation (y compris en RH) et a à son bord trop de personnel recruté non sur des diplômes ou des expériences mais sur des relations voire sur du clientélisme (la famille vote pour le recruteur du membre qui a des difficultés). Les services techniques en sont souvent des exemples étonnants. Cela mène à des personnes dont le développement durable pose des questions. Les modélisations mathématiques effraient souvent y compris les ingénieurs ... souvent maison. Un Directeur Général des Services est alors face à la paix sociale versus la sortie des zones de confort. je proposerais bien la diminution forte du nombre d'élus locaux (les leveurs de bras dans les assemblées) et par conséquent du nombre de fonctionnaires territoriaux associés avec plus de délégations de service public au privé pilotées par des fonctionnaires réellement compétents. C'est pourquoi je ne soutiens pas le non remplacement d'un fonctionnaire sur 2, je pense qu'on peut faire plus dans certains secteurs et augmenter dans d'autres avec une balance ayant sérieusement diminué le nombre total. La gestion de ce personnel est aussi à centraliser ce qui évitera des primes surprenantes (le régime indemnitaire) en plus du traitement de base. C'est aussi pourquoi je ne suis pas dans le contexte actuel favorable à une rémunération au mérite par l'élu local : les abus seront amplifiés alors qu'autrement avec de vraies évaluations annuelles centralisées et indépendantes avec 3 propositions (pas forcément identiques) du chef de service, du DG et de l'élu, j'y serais favorable par des bonus et non des primes instituées. ils vaudraient aussi généraliser les 360 degrés incluant les fonctionnaires et élus. Pour finir sur la fonction publique territoriale, je pense que le statut de fonctionnaire n'est pas adapté à cause de la proximité de l'élu décideur. Un CDD de longue d'une mandature protégerait curieusement plus les dirigeants administratifs : ils oseraient et seraient encore plus performants. je défends aussi un retour à des mandats de 7 ans .En effet, 5 ans favorisent le "temps court" et pénalise des projets importants. Une élection limitée à 2 mandats me semblent alors intéressante. Je pense aussi qu'un retour à l'antique "commissariat au plan" me semble donner une vision de la France et non le puzzle actuel brouillon. Un sénateur par département et un député par département donne aussi un équilibre de propositions contrôle améliorations avec un conseil constitutionnel peuplé de personnes sans tâches. je soutiens aussi l'idée que la rémunération des élus doit être plus lisible et imposable. Je défends aussi l'idée anglo-saxonne que l'on devait cumuler tous les types de revenus quelques soient leur provenance et pour tous et appliquer un simple taux à pour les salariés (public, élus, privés) avec saisie à la source et rectification annuelle. Je crois aussi qu'il y a trop de monoculture ENA, INET et je crois qu'avoir des HEC,ESSEC, X, Centale donnerait du réalisme et une dynamique de pensée éclatante. Le découpage actuel en Région n'a pas de sens économique ou je ne le comprends pas. Soyons clair, veut-on un état fédéral ou autre ? Je souhaiterai aussi que l'Europe dont le siege ferme à midi le vendredi soir plus européenne dans le monde de l'entreprise en effet, la taxe sur les sociétés varie d'un pays à l'autre et favorise les holdings avec filiales comme véhicules financiers avec transferts de fonds sous forme d'évasions fiscales en toute légalité (en résumé "on fait son marché" : A quoi sert véritablement l'Europe actuellement ? encore des fonctionnaires à salaires de rêve et des élus bien indemnisés.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains