publié le

Le service public

Pierre COULIER 3 rue des Ifs 33260 La Teste de Buch Tél: 0557151386/Port: 0686029984 mail: pierre.coulier@wanadoo.fr n° adhérent Les Républicains: 02 033 008 201002 le Service Public: propositions et suggestions La France est, dit-on «une». Pourtant, elle se compose de 2 entités: le public et le privé. Il faut donc un changement profond, une réforme de ce système source d’inégalités, voire d’iniquités Et comme les injustices paraissent plus flagrantes du côté du Public, il faut donc s’attaquer aux déviances du Public pour effacer ce cliché qui veut qu’un fonctionnaire soit une personne qui ne travaille pas mais qui, de temps en temps, fonctionne! Voici 5 propositions: - Mettre fin aux dérives «ubuesques» de l’«Enarchie» par une réforme de l’ENA Son recrutement Sa formation Sa fonction Ses missions Trop souvent, dans les ministères ou dans les grands services de l’État, les hauts fonctionnaires qui ont sans doute la «tête bien remplie» mais qui manquent de «bon sens» ont confisqué le pouvoir au détriment de la démocratie. - Revoir en profondeur le recrutement des fonctionnaires, c’est à dire, réformer le déroulement des concours administratifs, Car est-il normal que des «bac+5» passent des concours de catégorie«C»? Rentrant par ce biais dans la fonction publique, ils seront démotivés, désabusés par des emplois non faits pour eux, et ils prennent la place de personnes «moins diplômées» mais beaucoup plus motivés! Car est-il normal que, lorsque la Poste recrute 500 facteurs, il faille organiser un concours où il y a 8000 inscrits?! Car est-il normal que les professeurs des écoles soient «bac + 5» sans grande pédagogie pour apprendre à lire et à compter à nos enfants? Et que dire du scandale du recrutement de la fonction territoriale? - Revoir le statut du fonctionnaire, c'est-à-dire son déroulement de carrière, sa notation et sa sécurité de l’emploi. Un fonctionnaire ne peut travailler actuellement avec son statut, qu’une journée, celle du concours. Après avoir réussi son concours, qu’il soit bon ou mauvais, qu’il soit sujet à l’absentéisme, incompétent, etc, il partira à la retraite avec le grade et l’échelon qu’il aura acquis par son statut et non par son travail et son mérite. Et même après sa mort son conjoint touchera une pension de réversion conséquente.. - Responsabiliser les syndicats de fonctionnaires en leur apprenant le sens des mots service et public. Sinon les supprimer car un partenaire social ne représentant qu’une infime partie des employés ne peut pas être un interlocuteur valable. (L’ Armée n’a pas de syndicats mais des représentants des différentes catégories de personnel ayant accès direct au chef) - Créer un devoir de «non – grève»: La fonction publique doit être au service du public et non à son propre service. Et ce n’est pas normal que seuls, les agents du service public puissent (en abusant) faire grève. Un boulanger ou un plombier peut-il faire grève? Il faut donc aller plus loin que le service minimum garanti; il faut créer le devoir de «non – grève» dans les statuts de la fonction publique. Le service public actuel a été instauré en 1944 pour permettre à la France entière de se relever après les sombres années de la guerre. Le monde a évolué, sauf le service public. Je suis pour une grande réforme du Service public. Mais je suis également pour que l’ État, c'est-à-dire une de ses administrations ou un de ses services, -la Poste, la SNCF, la Gendarmerie, ou autre service,- soit et reste partout en France, y compris dans les régions les plus reculées, même au prix d’un certain déficit.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains