publié le 02 octobre 2015

Fluidifier et étendre l'alternance

Le monde du travail change rapidement et les carrières unique dans la vie est quelque chose qui deviendra de plus en plus rare. C'est pourquoi afin de s'adapter à une vie professionnelle qui change, à l'avenir, il sera aussi nécessaire de fluidifier et d'étendre l'apprentissage. Aujourd'hui une fois que l'on a passé 26 ans, la plupart des formations professionnelles ou technologiques sont fermées pour ceux qui cherchent à faire évoluer leur parcours ou se reconvertir. Dans un monde où les employeurs sont prêts à embaucher ces salariés, et où des femmes et des hommes eux aussi sont prêt à se remettre au travail, imposer des limites d'âge est obsolète. Je propose la fin des limites d'âge aux formations en apprentissage et alternance. L'octroi d'un crédit d'impôt progressif aux employeurs selon le pourcentage d'alternants et apprentis. La défiscalisation totale de la taxe d'apprentissage dans les secteurs technologiques et industriels. La création d'une aide à la mobilité ou au logement des apprentis et alternants entre le lieu de formation et le lieu de travail afin de ne pas créer de "déserts" de l'alternance comme c'est le cas de beaucoup de départements ruraux

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains