publié le 05 octobre 2015

Favoriser la flexibilité au travail (comme le font les anglais)

La loi anglaise de "Right to request" mise en place en 2004 pour les salariés parents de jeunes enfants et étendue en 2014 à l'ensemble des salariés permet : - à tout salarié de demander à son employeur une flexibilité de son temps de travail pour s'adapter à ses contraintes personnelles - cette flexibilité peut passer par diverses formes : un père divorcé demandera à finir plus tôt une semaine sur deux, un cadre voyageant beaucoup demandera des vacances calées sur les vacances scolaires pour voir ses enfants, un salarié éloigné de son emploi demandera à télétravailler 1 à 2 jours par semaine pour mieux gérer son temps, un sportif de haut niveau demandera du temps pour assurer ses compétitions, un salarié qui veut s'investir en politique demandera du temps off pendant les périodes de campagne et un améngagement de son temps de travail s'il est élu,... - l'entreprise a comme seule contrainte de regarder si elle peut répondre favorablement à la demande du salarié. Elle est en droit de la refuser si c'est impossible économiquement ou sur un plan organisationnel - à ce jour 80% des entreprises anglaises ont au moins 1 salarié qui bénéficie du dispositif et 80% des demandes sont acceptées. - qualitativement, les entreprises témoignent du gain en productivité, en fidélisation, en motivation de leurs salariés - une étude française de septembre 2015 de l'OPE auprès de chefs d'entreprises montrent que 75% d'entre eux sont ouverts au principe de flexibilité du temps de travail pour améliorer la conciliation vie pro-vie perso. J'ai plus de précisions sur cette loi si nécessaire.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains