publié le 26 février 2016

Education

Pierre COULIER 3 rue des Ifs 33260 La Teste de Buch Tél: 0557151386/Port: 0686029984 mail: pierre.coulier@wanadoo.fr n° adhérent Les Républicains: 02 033 008 201002 l’ Education S’il doit y avoir «rupture» avec le passé, c’est dans ce domaine de l’éducation qu’elle doit se produire. Dans le projet des Républicains de nombreuses propositions seront avancées. D’autres solutions peuvent aussi être abordées. C’est l’objet de ces quelques suggestions, thèmes que j’ai discutés avec voisins et amis. 1- Changer d’appellation L’Education Nationale ne fait pas d’éducation; dès lors elle doit changer de nom pour s’appeler désormais l’Instruction Nationale. Ou alors si elle veut continuer à être Education Nationale elle doit faire réellement des cours d’instruction civique qu’on pourrait appeler «philosophie» et ce dès la 5ème car c’est à ces âges que nos élèves ont une absence totale de préjugés et une grande flexibilité mentale Pour preuve, le formatage de nos petites têtes aux idéaux émis par les syndicats ou autres libertaires du soi-disant enseignement au cours de leur vie scolaire 2- Suppression des syndicats Les syndicats sont peu représentatifs dit-on; ils sont aussi irresponsables .S’ils ont failli à leur mission il faut les supprimer. Cela rendrait les enseignants plus responsables. Car il faudra créer une représentation de catégorie dans chaque établissement, cette représentation de délégués élus étant en prise directe avec les autorités et surtout, elle devra être force de dialogue et de propositions constructives à chaque prise de décision locale. 3-Abolition de la tyrannie des diplômes Un senior «bac-2 de 1955» qui a travaillé 40 ans, devenu, par son travail personnel, un expert dans sa branche, vaut-il toujours un «bac-2» de 2016? Quelle est la valeur du bac 2016 quand on sait que les lycéens n’ont «travaillé» qu' une centaines de jours par année scolaire (grèves à répétition, météo, etc.) Et qu’est-ce qu’un bac +5 dont le CV comporte 18 fautes d’orthographe et qui réclame (parce que l’EN lui a dit qu’il «vaut» sur le marché de l’emploi) 5fois le SMIG alors qu’il n’a aucune expérience? En France c’est le diplôme qui fait le dirigeant alors que, ce devrait être les qualités de dirigeant (avec ou sans parchemin, qu’elles soient innées ou acquises, apprises ou crées, intuitives ou travaillées) qui font le dirigeant! Et que dire de l’inéquation qui existe entre le diplôme (et donc les études sanctionnant ce diplôme) et la réalité du monde du travail et son application sur le terrain! Dans les commissions de diplômes par l’expérience, il devrait y avoir un nombre égal d’enseignants et de professionnels car ces professeurs imbus de leur savoir «veulent bien accorder un diplôme» mais avec quelle parcimonie! 4- Affectation des professeurs Il faut mettre les jeunes professeurs inexpérimentés dans des établissements à moindre risque et affecter les professeurs aguerris dans les postes difficiles avec prime conséquente. 5- Palier au soi-disant manque d’enseignants La solution est toute trouvée: remettre au travail dans les établissements scolaires les 60000 enseignants qui sont payés par l’EN tous les mois, mais qui sont détachés dans des services, administrations, ou autre organisme (la MAIF par exemple) et qui n’ont rien à voir avec l’EN. M. Bayrou n’est-il pas membre de l’EN? En 1981, il y avait plus de 30% de députés issus du corps enseignant. 6- Obligation pour les enseignants de se faire vacciner contre la grippe et autre maladie pouvant interrompre momentanément leur mission au détriment des scolaires. 7-Décentraliser le ministère de l'EN en donnant un droit de regard aux collectivités qui entretiennent et paient les bâtiments et certains services

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains