publié le 04 octobre 2015

De l'école primaire à l'enseignement supérieur.

Sachant que tout se joue à l'école primaire, qu'elle se charge de façon prioritaire d'assurer absolument les acquis fondamentaux. Il faut y mettre les moyens nécessaires pour que la mission puisse être remplie dans tous les cas de figure. Peut-être faire signer une charte aux parents et retrouver les "études du soir" pour que chaque enfant puisse travailler une heure après l'école dans de bonnes conditions? Ceci en primaire comme en collège et Lycée. Cesser de considérer qu'il n'y a qu'un cursus possible pour tous les enfants, et ne pas sélectionner par l'échec, mais par des propositions adaptées aux capacités et aux dons de chacun (la piste des formations en alternance me paraît excellente). C'est à dire revenir sur le " Collège unique" de M. Habby qui est totalement inadapté aujourd'hui . Cesser la démagogie qui consiste à laisser croire que tous les enfants doivent et peuvent faire des études longues, grâce à des baccalauréats inappropriés. Redonner à l'université ses lettres de noblesse, et ne pas y laisser arriver des jeunes ne maîtrisant même pas la langue française à l'écrit comme à l'oral, en particulier dans les Facultés de Lettres, ce qui est malheureusement le cas aujourd'hui. En somme appeler un chat un chat, dans le respect de chacun et avec le souci de lui trouver une place honorable dans la société de demain.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains