publié le 04 avril 2016

création d'un statut européen du travailleur mobile ...

création d'un statut européen du travailleur mobile ... Le secteur du transport, à besoin aussi d'une revalorisation,et y compris les chauffeurs routier il a encore un espoir pour y reprendre une place importante sur le point européen. Il faut justement arrêter de mettre à la porte les chauffeurs routiers Français, et d'y prendre des chauffeurs des pays de l'est. Les grandes entreprises, ne respectent pas toujours leurs rôles vis à vis du transport Français et le gouvernement actuel, et il faut le dire, à échoué à tout niveau, sur ce secteur. Mr Valls à fait des dépenses faramineuses sur des installations inutiles et pour résultat de tout enlever, qui à payé ces erreurs???" Cette fameuse écotaxe" Vous vous souvenez?? http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/Reperes/2013/reperes-transport-2013.pdf Les temps sont durs pour les camionneurs. Mais tous ne sont pas logés à la même enseigne. La journée du jeudi 30 janvier en est l’illustration. Une journée noire, alors qu’Arcole Industries, le propriétaire et repreneur de Mory Ducros, en dépôt de bilan, signait un accord avec les syndicats pour tenter de sauver l’entreprise de messagerie au prix de 2 800 postes supprimés sur 5 000 ! Le soir même, le groupe Norbert Dentressangle publiait son chiffre d’affaires annuel. Il est en hausse. Le transporteur routier, fondé en 1979 par Norbert Dentressangle, a franchi en 2013 les 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires, en croissance de 3,9 %. Cela peut tenir de la prouesse alors que le transport routier est un métier à faibles marges et extrêmement sensible à la conjoncture économique. Or, le contexte européen de 2013 a été pour le moins « atone », pour reprendre le mot du président du directoire. Hervé Montjotin, arrivé à la tête de ce groupe de plus de 30 000 salariés il y a à peine plus d’un an, a même affirmé lors d’une conférence téléphonique se sentir « tout à fait capable de répéter en 2014 la performance de 2013 ». Il y a fort à parier que le groupe, dont la famille Dentressangle détient 67 % du capital, est même parti pour faire mieux. Ne serait-ce qu’en raison des vents favorables qui soufflent sur la croissance en Europe.Deux atouts La fin de l’année a confirmé cette tendance à l’accélération avec un chiffre d’affaires en hausse de 9,6 % au dernier trimestre (+ 5,6 % à périmètre et taux de change constants). Norbert Dentressangle a aujourd’hui deux atouts en main. D’abord son internationalisation, renforcée depuis l’acquisition de Christian Salvesen en 2007. Le Royaume-Uni représente désormais 30 % de l’activité du groupe. Il fait, après des années difficiles, figure de locomotive. L’amélioration de la conjoncture en Espagne et en Italie, qui totalisent 15 % de son activité, devrait également aider. Second atout : le développement de l’activité logistique. Avec des croissances à deux chiffres, ce métier a même dépassé pour la première fois au second semestre celui de transporteur classique. Là aussi, on peut prolonger les courbes. Avec près de 2 milliards d’euros dans la logistique, le groupe peut répondre à des appels d’offres inaccessibles aux concurrents plus modestes. Alors qu’un mouvement de concentration touche en Europe le transport routier et la logistique, l’entreprise lyonnaise a de nombreuses raisons d’y participer. Le groupe, dont M. Dentressangle préside toujours le conseil de surveillance, n’a pas choisi l’an dernier par hasard de se faire également coter à Londres. Les financements pour d’éventuelles opérations d’envergure y sont plus accessibles. Le moment est favorable pour le groupe : l’action a franchi pour la première fois vendredi à la Bourse de Paris le seuil symbolique des 100 euros. Tout les efforts de Nicolas SARKOZY, et cela malgré la crise économique ce secteur à fait une route croissante, c'est une première victoire Nicolas. Mais ce n'est pas tout, qui à essayé de réformé pour qu'une certaine égalité s'impose au sein de notre secteur qui ne demande qu' à progresser? La nouvelle participation de Nicolas SARKOZY, à vouloir réformer sur le plan industriel des secteurs en difficulté est la bienvenue de toutes et tous. Mais aussi la France si nous imposons la politique Française sur le plan européen, la France pourra alors reprendre sa route et ne plus rien ni personne négligé. La France, n'a plus besoin de certains faits et restant non défendu, par certains syndicats du transport: à voir et à revoir Nicolas SVP: Ceci: Le procès pour «prêt illicite de main d'œuvre» et «délit de marchandage» des représentants de trois agences et de six cadres du transporteur Norbert Dentressangle a été renvoyé. Le tribunal correctionnel de Valence se donne du temps pour examiner les recours en nullité déposés par la défense et se prononcera le 5 mai. «Ce procès, c'est clairement une épreuve pour l'entreprise, admettait Hervé Montjotin, le président du directoire de Norbert Dentressangle le 26 février lors de la présentation des résultats annuels. Mais nous y sommes préparés». Mais dès la première journée du procès, mercredi, le tribunal correctionnel de Valence a décidé de se donner du temps pour examiner les recours en nullité déposés par la défense. Il se prononcera le 5 mai sur la forme. Le procès sur le fond est donc reporté et suspendu à la décision des magistrats qui peuvent annuler tout ou partie de l'enquête. Le procès pour «prêt illicite de main d'œuvre» et «délit de marchandage» des représentants de trois agences et de six cadres du groupe de transport et de logistique Norbert Dentressangle succédait à une enquête, ouverte en mai 2012, après une plainte de la CFTC. Environ 1500 chauffeurs portugais, roumains et polonais auraient été employés en 2012 et pour des opérations de transport international dont les conditions sont aujourd'hui mises en cause. Demande d'un statut européen du travailleur mobile Pour le syndicat, le groupe a tout simplement pratiqué le «dumping social» au sein de l'Union européenne en profitant du flou lié au recours de sous-traitants issus de pays moins contraignants financièrement et socialement. En face, la direction de l'entreprise conteste et affirme que ses filiales polonaises et roumaines «sont des sociétés consistantes dans leur pays» et «ont leur propre chaîne de commandement lorsqu'elles exercent des opérations internationales». Bref, elles n'ont pas été créées pour fournir de la main d'œuvre bon marché aux autres filiales d'Europe. Hervé Montjotin a regretté le 26 février que la question du développement économique en Europe de l'Est ne soit jamais posée dans le secteur automobile où les usines se sont multipliées. «On considère le transport comme un secteur immature. Pourquoi ne serait-il pas possible de développer nos positions en Europe de l'Est?», s'interroge le dirigeant qui sera absent au tribunal de Valence. Celui-ci réclame la création d'un statut européen du travailleur mobile qui «permettrait de définir des conditions communes et spécifiques, sur le plan juridique à une forme de travail unique en son genre». Et enfin d' arrêter cette grave injustice de mettre à la porte les éléments qui eux aussi on droit d'avoir reconnaissance, à la participation, dans notre économie Française. Se baser sur des réformes sur un point d'égalité, est forme de victoire pour la France et de son président. Monsieur Nicolas SARKOZY, des discutions avec tout les partenaires sociaux doivent s'imposer. Lors des ouvertures de nos frontières, qui est de votre part un sacré atout pour notre économie et de son développement durable, mais la sécurité de certains emploi, dont nos chauffeurs poids lourd, qui eux aussi participent à tout les aspects de notre économie, souffrent encore aujourd'hui d'une très grande injustice.Compte tenue, de leurs efforts à la contribution économique et de la duretés de leurs travail. Celle ci doit être encadré par notre future gouvernement, vous Monsieur Nicolas SARKOZY. Ce secteur bien précis et facilement identifiable sur le plan économique et qui se doit d'évoluer sur un plan plus équitable. Je suis aussi certain que votre avis sur notre développement économique sur le plan Européen varie selon la santé qu'elle porte sur le plan national, en France.Ceci dit, revaloriser la profession du secteur transport chauffeur routier fait parti des priorités pour notre avenir et de ceux qui, sont chaque semaines et toute l'année au volant d'un camion pour livrer les outils que d'autres ont besoins pour travailler. L'écotaxe, dont je viens de travailler dessus, et discuté avec beaucoup de chauffeurs Français et étranger(Europe), sont de cet avis: Je rappelle, que le future projet de l'écotaxe, sera réservé, uniquement aux transporteurs qui passent la Frontière, et non pas sur le territoire . Il est formellement indispensable, de s’intéresser aux salariés avant tout pour les projets futures et c'est ma priorité que cela se fasse. Mr Valls à voulu, simplement taxer et ne s'est pas intéressé aux chauffeurs , qui eux amènent les CA et bénéfices aux entreprises.Proposer c'est aussi une façon de vouloir évoluer sur une constante qui vous apportent un réel intérêt d’êtres sur les routes et de gagner un salaire qui vous donne satisfaction. L'écotaxe doit être présenté non pas au kilomètre, mais en passage frontalier uniquement. L'écotaxe, servira en partie, pour la rénovation des routes, et l'installation conforme aux usagers,, aménagement du secteur auto-routier.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains