publié le 25 septembre 2015

Contrôle et émission des véhicules

Créer une autorité légale (et pas seulement technique comme l'UTAC) chargée d'effectuer les tests en situation réelle, capable de décider des rappels, habilitée à saisir la justice, pouvant communiquer à grande échelle, etc. L'annonce de Segolene Royal est à la fois dérisoire et contestable en termes de méthodologie. N.B. Elle a écrit récemment à Bruxelles pour revoir dans le mauvais sens les objectifs européens (en contrepartie du passage des cycles NEDC à WLPT, plus près des usages courants). Pour la fiscalité et le bonus malus, les pastilles vertes de circulation (les critères gouvernementaux sont bancales donc contestables), fixer des objectifs multicriteres gaz à effet de serre, particules, etc. L'optimisation des moteurs suit des normes incohérentes en fonction des items entre essence et diesel. Le VWgate est parti du seul NOx. Arrêter (transition énergétique et Bercy) de parler de l'objectif des 2 Litres aux 100 km. Sauf à prendre en compte les hybrides rechargeables, dont la consommation est en réalité 2 à 3 fois celle des cycles. Contrairement au discours officiel, l'action du gouvernement en faveur des voitures électriques est plus faible qu'il y a 3 / 4 ans. La comparaison européenne des marchés le montre clairement (la France n'est plus leader, elle est retournée dans la moyenne). Le sujet des infrastructures, piloté par Bercy (il n'est plsu en interministériel), est très en retard. P.S. Lorsqu'elle est interrogée, NKM ne se défend pas bien. La dieselisation du parc roulant français (à l'origine, du marché) n'a rien à voir avec le Grenelle de l'environnement et le bonus malus. Elle est passée de 50% à 70% sous le gouvernement Jospin lorsqu'il a revu nettement à la baisse la fiscalité sur le gazole.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains