publié le 10 novembre 2015

COLLÈGES : mettre en place un programme ambitieux

La France bat des records d'injustice, son Ecole n'est plus capable de faire réussir les enfants sortant des milieux populaires et tous nos échecs se concentrent au Collège. Il faut mettre en place un programme ambitieux permettant de rattraper la cassure qui s'est opérée entre quelques établissements privilégiés des centres villes et la situation des collèges des zones défavorisés confrontés aux problèmes de l’autorité, de la violence physique et morale, racket, drogue, l’absentéisme et des résultats scolaires inacceptables pour notre Nation. Projet: 1 ) Accorder aux chefs d'établissement de l'ensemble des Collèges (nommés au Conseil des Ministres et uniquement dépendants du Ministre de l'Education et de l'Enseignement Supérieur) de pouvoir fonctionner dans le cadre d’une totale autonomie accordée sur les cours et leur contenu, la sécurité des élèves, la gestion, le budget, le recrutement, l'évaluation, les salaires et les primes de qualité de tous les enseignants de leur établissement; en leur imposant simplement de se concentrer sur les fondamentaux, de rétablir la discipline et la sécurité. 2 ) Tous les enseignants et Directeurs d'établissement devront effectuer un passage obligé dans les zones difficiles. 3 ) Recaser des enseignants les moins performants dans les parcours d'accompagnement "personnalisés" des élèves, supprimer le brevet des collèges. 4) Discipline et sécurité au sein des établissements devront être exclusivement assurées par des vrais professionnels (Adjoints à la sécurité et Éducateurs) et non par des enseignants qui sont exclusivement des pédagogues. 5 ) Restaurer l'autorité par la pratique de la tolérance 0 contre toute forme de violence physique ou morale qui devront être sanctionnés par : avertissement ou l’exclusion temporaire de huit jours en cas de 1er problème, l'exclusion*** définitive obligatoirement prononcée par le chef d’Etablissement (seul responsable de la sécurité)- en cas de récidive. ***Des Etablissements spécialisés par département seront crées, ils proposeront aux jeunes qui ont décroché ou qui ont été expulsés de leur établissement précédant de renouer avec les études. Il s'agit d'une structure alternative de l’enseignement, accueillant des jeunes déscolarisés qui veulent reprendre des études, le travail véritable et passer le bac. Ces jeunes qui ne trouvent plus leur place suite a des problèmes divers nous lancent un défi qui est de leur redonner confiance, en eux, dans l’avenir, et de les aider à construire un projet de formation. 5 ) Par souci de subsidiarité, d'efficacité opérationnelle et de coût il convient de supprimer tous les Rectorats, Inspecteurs et corps intermédiaires entre les chefs d'établissements ( Ecoles, Collèges et Lycées) et le Ministre de l'Education et de l'Enseignement Supérieur. Néanmoins, les Directeurs de l’Education de chaque nouvelle Région s’accorderont pour un maximum d’unité des épreuves. La scolarité est gratuite et les nouvelles Régions prendront en charge une partie des manuels et des fournitures scolaires en remplacement de l'ARS (sauf pour les femmes seules avec enfants qui conserveront la totalité de leur l'ARS). 6 ) Créer des dispositifs de rattrapage pour des élèves en difficulté en intervenant très tôt dans la scolarité( par exemple 4 semaines pendant les vacances d'été si le besoin se fait sentir ). 7 ) Instaurer un système de quotas qui obligera les Collèges à accepter des élèves provenant de tous les milieux sociaux-économiques et de tous les niveaux scolaires. Ce nouveau système permettra l'accès à tous les établissements aux enfants des quartiers difficiles en découpant les territoires en fonction des transports en commun qui seront gratuits pour l’ensemble des élèves. 8 ) Pour mettre fin à toutes les surenchères: uniformes standardisés et pratiques fille et garçon pour tous les élèves dans l'ensemble des Etablissements. 9 ) Augmenter le suivi personnalisé des élèves à l'école. L'ensemble des enseignants devront, en plus de leurs heurs habituels de cours ( 18H ou 20H), réserver 8 heures de présence supplémentaire aux suivis "personnalisés" des élèves. 10 ) Permettre aux enseignants de se réunir 4 heures par semaine afin de pouvoir entretenir un niveau important de coopération et d'implication. Total de présence dans l'établissement 32 heures/semaine par enseignant. 11 ) Donner des outils pédagogiques aux nouveaux enseignants en leur permettant de suivre un enseignement coopératif avec une forte part réservée à la "pratique" sous forme de "stages rémunérés". La situation de coopération facilitera la transition du monde de l'enseignement Universitaire (articulé sur le vieux découpage en disciplines), à celui de la réalité sur le terrain dans les établissement scolaires qui globalisent (transversalité). 12 ) Renforcer l'apprentissage de la pédagogie et des outils numériques aux enseignants pendant leur cycle de formation de base: 60 heures plus 30 heures par an au minimum. 13 ) Formation continue des enseignants des Collèges obligatoire: 10 jours par an à l’Université (qu'il faudra pousser à développer la formation continue) car celle-ci représente un élément vital pour le succès d'une ambition nationale de transformation du système éducatif. 14 ) Diversifier le profil des enseignants en l'ouvrant aux étudiants Bac + 2 et en l’accompagnant de bourses et de "stages en coopération rémunérés". 15 ) Diminuer les coûts de structure du Ministre de l'Education et de l'Enseignement Supérieur et le nombre d'établissements en améliorant les transports et en créant des Etablissements plus grands et plus adaptés; augmenter les salaires des enseignants de 15% ( + 7 % sur le salaire brut et + 7 % de prime de qualité réservée à l'appréciation du chef d'établissement). Mesure générale pour l'ensemble des enseignants qui ne sont pas en poste devant les élèves, ils ne pourront percevoir qu'un demi salaire (l'économie à réaliser par le budget est d'environ 1,5 milliards d'euros par an pour 93.000 enseignants répertoriés).

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains