02 octobre 2017

Le 24 septembre 2017, la droite et le centre ont non seulement gardé la majorité au Sénat, mais remporté de nouveaux sièges. Pour Emmanuel Macron, c'est un échec cinglant face à une assemblée proche des réalités et des territoires de notre pays. Le groupe La République en Marche ! au Sénat se réduit même à l'issue de ce scrutin. C'est une véritable défaite pour la majorité présidentielle et le premier message électoral de la France des territoires à l'égard de laquelle Emmanuel Macron a souvent fait preuve de brutalité.

Un revers significatif pour Emmanuel Macron

La République en marche ! est loin des quarante sièges espérés au Sénat, restant le quatrième groupe de la haute assemblée. LREM perd même plusieurs sièges par rapport à l'effectif du groupe sortant. Cette défaite est un message fort à l'égard de la politique souvent brutale d'Emmanuel Macron à l'égard des territoires.

« Les élus espèrent un nouveau rapport de confiance avec l'exécutif, qui a sans doute commis une erreur de méthode. La manière brutale de faire des annonces sans concertation ne passe pas » indique ainsi Gérard Larcher, président du Sénat.

Pour Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, « Macron a totalement découragé les élus locaux. Il leur tape dessus alors que ce sont eux qui ont fait le plus gros effort de réduction de la dette. C'est l'injustice à tous les étages. Beaucoup songent à renoncer ».

Un beau succès pour Les Républicains

Le groupe Les Républicains consolide sa place de première force politique du Sénat. C'est la confirmation de la vague bleue de 2014 dans les départements qui étaient renouvelables cette année.

38--Argu-Flash-Sénatoriales-2017.jpg

Premier groupe au Sénat, Les Républicains démontrent qu'ils sont la première force d'opposition à Emmanuel Macron en France. Après les bouleversements de cette année, nous ne pouvons que nous féliciter de ce beau succès qui récompense tout le travail mené par le président du Sénat, Gérard Larcher, et le président du groupe Les Républicains, Bruno Retailleau.

Le 27 septembre, les sénateurs Les Républicains ont renouvelé leur confiance à Bruno Retailleau, président de groupe. Le 2 octobre, il n'y a nul doute que les sénateurs, dans leur ensemble, feront le choix de Gérard Larcher, candidat à sa succession à la présidence du Sénat.

Un rééquilibrage salutaire pour la démocratie

Alors qu'Emmanuel Macron essaie désespérément d'écraser toute opposition entre lui et les extrêmes, cette victoire de la droite et du centre est une bonne nouvelle pour le débat démocratique.

« Les grands électeurs ont manifesté clairement leur volonté d'un rééquilibrage démocratique et institutionnel après les élections du printemps. Le bicamérisme est une richesse pour notre vie politique et la majorité sénatoriale saura infléchir et enrichir, dans l'intérêt du pays, les textes de loi adoptés par l'Assemblée nationale », explique ainsi Bernard Accoyer.

Les Français peuvent compter sur les sénateurs Les Républicains pour mener une opposition intelligente et efficace. Ils continueront à défendre la voix de tous les territoires pour la réussite de la France !

>> Télécharger l'argumentaire

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains