19 octobre 2015

Marine Le Pen défend un programme économique aberrant et irresponsable, empreint des mesures socialisantes les plus archaïques. Avec le FN, notre économie passerait du décrochage actuel à l'effondrement.

Le chiffre

120 milliards : C'est le montant des dépenses supplémentaires contenues dans le programme économique du FN, soit 6 % du PIB. Le déficit actuel avoisinant les 4 % du PIB passerait à 10 % du PIB en 5 ans.

Plus d'impôts et de charges pour les ménages et les entreprises !

En proposant de conserver les 35 heures et d'augmenter de 200 euros net les salaires inférieurs à 1,4 Smic, le FN propose ni plus ni moins que d'augmenter le coût du travail (18 milliards d'euros). Au-delà de son coût exorbitant, elle augmenterait considérablement le chômage.

Selon le FN, cette mesure serait financée par une improbable « contribution sociale aux importations égale à 3 % du montant des biens importés ». Cette taxe augmenterait le prix des produits français et pénaliserait nos exportations et le pouvoir d'achat des Français.

Une dépense publique hors de contrôle

Comme la gauche et l'extrême gauche, le Front national souhaite un État obèse, dépensier et qui continue à vivre au-dessus de ses moyens. Il propose de faire exploser le déficit public avec des dépenses estimées à 120 milliards supplémentaires par la fondation Concorde. Le déficit actuel avoisinant les 4 % du PIB passerait à 10 % du PIB en 5 ans. Un amoncellement de mesures, purement démagogiques, pouvant coûter très cher à la France !

Le FN propose la mise en place de droits de douane, ainsi que des nationalisations au coût exorbitant pour réindustrialiser la France sans comprendre l'efficacité d'un tel déploiement d'argent public.

Le rétablissement des droits de douane, pierre angulaire du programme FN, remettrait en question l'appartenance de la France au marché unique européen. Alors que les principaux partenaires européens représentent près du tiers des échanges commerciaux, la France prendrait le risque de perdre près de 162 milliards d'euros d'exportations.

Une irresponsable et imprévisible sortie de l'Euro

Le FN propose « le retour aux monnaies nationales ». La sortie de la France de la zone euro conduirait de facto à une dévaluation de la monnaie nationale.

La mise en place du franc aurait des conséquences désastreuses : un effondrement de la monnaie nationale de 20 à 30 %, une explosion des prix à la consommation, un emballement de l'inflation, une augmentation du prix des matières premières importées (notamment le pétrole), un accroissement du déficit public et de la dette, une augmentation du chômage et un recul du PIB.

La banque ING a évalué la perte pour la France à 10 % du PIB en trois ans, soit 200 milliards d'euros. Les Français qui détiennent massivement de la dette française, notamment via leur assurance-vie, perdraient jusqu'à 25 % de leur épargne.

Les entreprises, qui sont endettées à hauteur de 1 675 milliards d'euros, paieront de 180 à 230 milliards d'euros la sortie de l'euro. En effet, 70 % de cette dette ne peut pas être relibellée en franc (emprunts en monnaie étrangère ou contrats de droit étranger).

Ce coût sera supporté par l'État, entraînant un gouffre financier, et se traduirait en France par des vagues massives de licenciements.

programme_fn_graph_700x589.jpg

Conclusion

Le programme du FN est démagogique et irresponsable. Il fait semblant de s'intéresser au tissu industriel, aux PME et à l'artisanat mais, ses propositions conduiraient la France dans une impasse dramatique en quelques mois. L'extrême droite fait le choix du mensonge et de la peur plutôt que de la vérité et du courage.

>> Télécharger l'argumentaire

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains