27 août 2015

La pression migratoire s’accentue partout en Europe, représentant ainsi un défi majeur pour les pays européens. Face à cette crise, le gouvernement apparaît dépassé, sans initiatives et donc incapable de proposer une réelle politique d’immigration.

puce_immigration.JPG 2015, UNE PRESSION MIGRATOIRE ATTEIGNANT DES RECORDS

   Depuis le début de l’année 2015, l’Europe fait face à un afflux record de migrants, mettant à rude épreuve ses capacités d’accueil. 107 500 migrants ont ainsi franchi clandestinement les frontières de l’Union Européenne durant le seul mois de juillet 2015, soit trois fois plus qu’au cours du mois de juillet 2014. Sur la période janvier-juillet 2015, le chiffre s’élève à près de 340 000 migrants, soit déjà plus que sur l’ensemble de l’année 2014 (280 000) (Source : Frontex).

   Symbole d’une intensification des flux migratoires, l’Allemagne s’attend à recevoir 800 000 demandes d’asile au cours de l’année 2015, après avoir dépassé la barre des 200 000 en 2014.

puce_immigration.JPG CALAIS, SYMBOLE D’UN ÉCHEC SOCIALISTE

   La situation à Calais témoigne des tensions liées à l’accroissement de cette pression migratoire en Europe.

   Sur ce dossier et comme trop souvent, le gouvernement se contente de discours et oublie d’agir, alors même qu’il est urgent de prendre des initiatives opérationnelles nouvelles pour sortir de cette crise !

   N’ayant pas su anticiper cette situation, le gouvernement doit à présent réagir !

   Il est indispensable de renforcer la lutte contre les filières criminelles, qui profitent de la misère des migrants souhaitant rejoindre le Royaume-Uni. Cette action doit s’inscrire dans une politique d’immigration plus globale, consciente des défis à relever pour la France et pour l’Europe.

puce_immigration.JPG PENSER UNE POLITIQUE D’IMMIGRATION À LA HAUTEUR DES ENJEUX

   La France doit faire preuve d’initiative au niveau européen pour rassembler ses partenaires et permettre une révision profonde des politiques européennes d’immigration et d’asile. Le fonctionnement de Schengen mérite ainsi d’être revu de fond en comble pour permettre un Schengen II, plus adapté à la gestion des pressions migratoires en Europe. Un pays membre de Schengen qui est défaillant dans le contrôle des frontières extérieures doit pouvoir être suspendu, car, il en va de la solidarité entre États si un des membres ne remplit plus ses obligations.

   Le chaos qui règne au sud de l’Europe, le blocage des flux de migrants en amont ou la reconduite à la frontière des migrants clandestins sont autant de questions, pourtant essentielles, auxquelles le gouvernement n’apporte pas de réponses.

puce_immigration.JPG METTRE FIN AU DÉTOURNEMENT DE L’ASILE ET ENCOURAGER LES RECONDUITES À LA FRONTIÈRE

   L’asile est aujourd’hui détourné de son objectif initial pour contribuer à nourrir des filières d’immigration clandestine. Il est essentiel de recentrer les demandes d’asile sur les véritables réfugiés politiques, en accélérant les procédures de traitement des dossiers, en écartant les demandes dilatoires ou venant de pays « sûrs ».

   Nous devons encourager une politique d’asile efficace répondant aux besoins réels des migrants, mais faisant preuve de fermeté à l’égard de l’immigration clandestine. Ces deux aspects sont essentiels pour assurer la crédibilité et la pérennité de notre politique d’asile.

   Sur les 61 400 personnes ayant fait une demande d’asile en 2012, 90 % ont vu leur dossier rejeté, mais trop peu sont reconduites à la frontière en France.

   La violation de la loi doit être sévèrement sanctionnée. Les reconduites à la frontière doivent occuper toute leur place dans la lutte contre l’immigration illégale, aux côtés d’une réduction des entrées sur le territoire, indispensable face à nos capacités d’accueil limitées.

CONCLUSION

   Sur le plan national, le projet de loi Valls sur l’immigration témoigne d’une vision dépassée sur ce sujet, inadaptée aux enjeux actuels. La France a le droit de choisir qui elle souhaite accueillir sur son territoire. Il est grand temps que les socialistes prennent la mesure de la crise migratoire et laissent de côté leur vision dogmatique de l’immigration. Il est urgent d’agir !

>> Télécharger l'argumentaire

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains