20 septembre 2016

Le Plan Cazeneuve ne constitue pas une solution. Bien au contraire, il ne fait que propager à l'ensemble du territoire le problème rencontré à Calais. Ce n'est pas en créant de multiples « jungles » dans toute la France que se résoudra la crise migratoire. Au contraire, cela ne fera qu'amplifier le problème !

Le Plan Cazeneuve va confronter l'ensemble des régions de France au problème de l'afflux de migrants

L'objectif du gouvernement est de répartir sur l'ensemble du territoire national les plus de 10.000 migrants déjà présents dans la « jungle » de Calais.

Le ministère de l'intérieur prévoit donc de « faire émerger d'ici à la fin de l'année 2016 plus de 12.000 places dans les centres d'accueil. Actuellement, il en reste donc plus de 8.000 à construire. Cet objectif semble donc irréaliste compte tenu des délais très courts.

En répartissant dans toute la France les 10.000 migrants présents dans la « jungle », le gouvernement ne fait donc que propager à toutes les régions les mêmes problèmes actuellement rencontrés à Calais. C'est une politique «à la petite semaine». Sans aucune vision, aucune solution à long terme, François Hollande n'apporte aucune solution. Les Français sauront se souvenir de l'absence complète de consultation.

Cette répartition se fera contre l'avis des populations locales et des élus territoriaux

Et le pire dans tout cela, c'est que la répartition et l'installation des migrants doit se faire « sans que soit au préalable recherché l'accord avec les élus locaux ». C'est ce que prévoient explicitement les consignes données par le ministère de l'intérieur.

Quelle est cette conception que le gouvernement a des relations avec les élus locaux ? Est ce cela la démocratie selon les socialistes ?

Cette situation est le résultat de quatre ans d'inaction de la part du gouvernement

Alors qu'en 2012, il y avait à peine 900 migrants à Calais, fruit des efforts consentis par la précédente majorité, nous nous retrouvons aujourd'hui dans une situation de plus en plus difficile et qui menace à présent la cohésion nationale.

Dans le même temps, alors que le problème migratoire menace de dégénérer, sur les 6 premiers mois de 2016, le nombre de reconduites à la frontière a baissé de 20%. Il y a donc d'un côté les incantations du ministre socialiste de l'intérieur, et de l'autre les faits. Et ils sont accablants !

Au lieu du Plan Cazeneuve à tâtons, la France a besoin d'une politique migratoire ferme et réaliste

Les Républicains ont fait des propositions dans leur projet d'alternance afin que nous retrouvions le contrôle de nos frontières et mettions en place une politique migratoire qui protègera les Français, tout en restant fidèle aux valeurs de la France.

1. Il nous faut créer des centres internationaux de rétentions à proximité des zones de conflit
Les demandes d'asile doivent être traitées principalement avant l'arrivée des migrants sur le continent européen. C'est à cette condition que nous endiguerons les flux migratoires. Les procédures de traitement de l'asile doivent être profondément revues pour lutter contre la fraude.

2. Nous souhaitons une refondation de la politique européenne d'immigration
Tant qu'un Schengen II prévoyant une harmonisation du niveau des prestations sociales pour les demandeurs d'asile n'aura pas été mis en place, la France rétablira le contrôle de ses frontières.

3. Limiter le regroupement familial et revoir les conditions d'accès aux prestations sociales
Tout immigré arrivant en Europe ne pourra prétendre au regroupement familial qu'après 2 ans de résidence légale en France. Dans le même esprit, il ne jouira des prestations sociales non-contributives qu'après 5 ans de séjour.

2016-09-19---les-Republicains---argumentaire---Plan-Cazeneuve-2.jpg

>> Télécharger l'argumentaire

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains