30 mai 2017

En découvrant la liste des ministres fraîchement nommés par Emmanuel Macron, sur fond de débauchages individuels et de recyclages, les Français ont pu constater que la marche du renouveau politique avait écarté de son chemin plusieurs piliers de la société française, pourtant essentiels.

LE LOGEMENT ET LE BÂTIMENT SANS MINISTRE

     > Emmanuel Macron a rompu avec la tradition en n’attribuant à aucun ministre ou secrétaire d’État la politique du logement. Une première depuis… 1967.
     Préoccupation majeure des Français, le logement constitue pourtant le premier poste de dépense des ménages quand la pénurie de logements se fait de plus en plus sentir.
     > Alors que près de quatre millions de personnes sont mal logées en France et que plus de 12 millions sont « fragilisés par rapport au logement », Emmanuel Macron n’a pas jugé nécessaire de nommer un ministre chargé d’appliquer une politique du logement protectrice à l’égard de tous.
     > La politique du logement ne peut être diluée ni confondue quand les enjeux qu’elle revêt impactent directement le quotidien de millions de Français.
     > Depuis 2012, le secteur du bâtiment pâtit gravement d’une politique idéologique. Le programme d’En Marche ! ne semble pourtant pas s’attarder sur ce secteur vital de l’économie française qui n’a plus d’interlocuteur ministériel.

ADIEU LE MINISTÈRE PLEIN ET ENTIER DES DROITS DES FEMMES PROMIS PENDANT LA CAMPAGNE

     Alors que certains quartiers de la République sont devenus de véritables zones de non droit et où les femmes n’ont plus le droit de cité, Emmanuel Macron adresse un message politique très inquiétant à tous ceux qui se battent au quotidien pour que les femmes aient les mêmes droits que les hommes.
     La lutte pour l’égalité doit être une priorité d’action, priorité qui nécessite donc la mise en oeuvre de moyens et la considération de nos institutions.

RIEN POUR L’ENFANCE, LES RETRAITÉS ET LES PERSONNES ÂGÉES

     Le ministère des Familles, de l’Enfance et des droits des Femmes ne bénéficie même plus d’un portefeuille ministériel, évincé au profit du renouveau.
     Les personnes âgées et les retraités ne sont pas représentés dans le nouveau gouvernement alors qu’ils représentant plus de 16 millions de Français et que de nombreuses incertitudes pèsent sur eux en raison de l’augmentation de la CSG promise par En Marche !.

LE MINISTÈRE DE LA MER ET DE LA PÊCHE DISPARAÎT ÉGALEMENT

     La disparition du ministère de la Mer et de la Pêche revient à ignorer la tradition maritime de la France, riche de ses ports, de ses pêcheurs et du dynamisme qu’elle tire de ses façades maritimes.
     La mer constitue pourtant un véritable levier de croissance pour notre pays qui ne peut tourner le dos à l’économie bleue. La France possède le deuxième espace maritime mondial qu’elle ne peut ignorer voire condamner.

L’INDUSTRIE, LES PME, L’ARTISANAT… SONT AUSSI LES OUBLIÉS DE CE GOUVERNEMENT

     Alors qu’elles représentent plus de 80 % du tissu économique français, les TPE et PME ne pourront plus bénéficier d’une oreille gouvernementale attentive à leurs préoccupations de même que l’industrie qui concentre pourtant nombre de talents et de technologies.
     Illustration du peu d’intérêt pour ces secteurs, le président de la CPME n’a pas été convié à la cérémonie d’investiture du président de la République. Le protocole élyséen a plaidé l’erreur…

LES ANCIENS COMBATTANTS SONT REGROUPÉS AU SEIN DU MINISTÈRE DES ARMÉES

     Fierté de la nation qui doit à ces hommes de courage et de vertu toute sa reconnaissance, les anciens combattants voient leur ministère dilué au sein du ministère des Armées en dépit de la considération qui leur revient pourtant.


>> Télécharger l'argumentaire

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains