31 mars 2017

Invité de la matinale de RTL, François Fillon a rappelé que le projet de Marine Le Pen conduirait la France au chaos et que chaque jour qui passe démontre avec force qu’Emmanuel Macron est bel et bien l’héritier politique et spirituel de François Hollande, dont il reprend les équipes, le projet de 2012 et le bilan désastreux.

Le chiffre

350 € annuels pour les salariés. C’est le gain de pouvoir d’achat provoqué par la réduction des charges proposée par François Fillon.

François Fillon est le seul à porter un projet puissant et cohérent. Ce projet s’intéresse à l’ensemble des grands problèmes auxquels la France doit faire face depuis maintenant cinq ans. Dette publique, croissance, pouvoir d’achat, lutte contre le chômage et sécurité des Français en sont les principales priorités. Il propose les solutions pour le redressement dont la France a tant besoin.

« Les Français, une fois que le brouillard de ces crises à répétition se dissipe, voient la réalité, et voient que l’alternance il n’y a qu’un seul candidat qui la propose : c’est moi. »
François Fillon, sur RTL, le 30 mars

Élu président de la République, François Fillon aura trois grandes priorités

Le redressement économique de notre pays

François Fillon a toujours été clair sur son objectif : le redressement économique de notre pays est son engagement. Ainsi, la réforme du marché du travail devra permettre de lutter contre l’explosion chômage. En effet, la première des politiques sociales est celle qui consiste à résoudre cette question. Pour cela, il est impératif de lever le verrou des 35 heures. C’est donc au sein des entreprises que se négociera le temps de travail, à l’aide d’accords d’entreprise.

La réforme de la fiscalité des entreprises

La réforme de la fiscalité des entreprises, par la pérennisation en baisse durable et pérenne des charges au titre du CICE sera la première étape. Insuffisante, elle sera complétée par une réduction de 40 milliards d’euros des charges et de l’impôt sur les sociétés. Ces mesures, rapidement mises en oeuvre, permettront de sortir la France de l’immobilisme économique dans lequel les socialistes l’ont plongé.

Réduire la dette publique

Enfin, la dette publique met gravement en danger notre souveraineté et a conduit notre pays au bord de la faillite. Elle atteint ainsi presque 100 % du PIB et le déficit n’est toujours pas repassé sous les 3 % du PIB. Face à ce risque sans précédent, François Fillon propose de réduire la dépense publique, de sorte de retrouver notre souveraineté. À cette fin, la réduction de 500 000 du nombre d’agents publics, en cinq ans, soit seulement 8 % de l’emploi public total est un impératif. Un départ sur deux à la retraite ne sera pas remplacé, c’est un rythme tout à fait supportable pour notre pays, et qui ne compromet pas la qualité de notre service public.

François Fillon est pleinement engagé pour la qualité de notre service public

L’absence des professeurs est un réel fléau pour de nombreux élèves et parents d’élèves. Rappelons que, selon la Cour des Comptes, elles ont également un coût, estimé à 2,8 milliards d’euros rien que pour l’année scolaire 2013-2014 ! Pour y remédier, François Fillon propose de réinstaurer deux jours de carence en cas d’absence, mesure que les socialistes, par dogmatisme et clientélisme, s’étaient empressés de supprimer lorsqu’ils sont arrivés au pouvoir, sous la houlette de François Hollande et Emmanuel Macron son conseiller économique à l’Élysée. Il s’agit également d’une mesure d’équité entre le public et le privé, où leur nombre est fixé à trois jours.

François Fillon souhaite également débureaucratiser le système de santé et accepter une plus grande complémentarité entre les professions de santé : médecins, infirmiers, médecine libérale, etc. Pour cela, il s’agit de redonner une plus grande liberté aux professions de santé en cassant certains des prés carrés sur lesquels chaque profession campe. Mais cela ne peut s’accompagner que d’une meilleure rémunération des professions de santé, notamment en améliorant les rémunérations en zone rurale.

« Un système éducatif dans lequel les établissements soient plus autonomes et dans lequel les chefs des établissements aient plus de pouvoir hiérarchique, d’autorité, sur les équipes enseignantes »

Face à l'intégrisme islamiste, François Fillon est sans concession

François Fillon a été le premier à dénoncer le totalitarisme islamiste. Pleinement conscient du danger terroriste qui pèse sur la sécurité des Français, il sera intransigeant avec tous ceux qui mettent en danger la sécurité de la nation et qui prêchent la haine de notre mode de vie et de notre culture.

Tout Français parti combattre à l’étranger, sur des théâtres d’opérations terroristes, en plus d’être déchu de sa nationalité, ne pourra rentrer sur le territoire national. Dans la même logique, il s’agit d’expulser les étrangers qui font état de proximité ou de sympathie pour les réseaux terroristes. D’ailleurs, des peines renforcées seront appliquées pour les atteintes à la sécurité nationale. Après les tergiversations dont ont fait preuve les socialistes et François Hollande, François Fillon a fait de la fermeté la marque de son projet.

Il s’agit également de renforcer les frontières extérieures de Schengen par des gardes-côtes et une plus grande utilisation de Frontex, afin d’éviter que nos ennemis ne puissent se déplacer au sein des frontières européennes. Alors que depuis cinq ans, l’instauration d’un fichier passager PNR tarde à entrer en application, cet outil est pourtant indispensable pour contrôler les arrivants et les mouvements, principalement des potentiels terroristes.

« Je préconise un contrôle étroit du culte musulman, pour l’amener à extirper cet intégrisme qui le ronge »

>> Télécharger l'argumentaire

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains