14 mars 2017

Face à l'immobilisme et aux utopies irresponsables de certains candidats à l'élection présidentielle, François Fillon a présenté le 13 mars, au journal Les Échos, son projet pour les Français, le seul capable de rassembler une majorité parlementaire puissante et cohérente. Le projet de François Fillon est le seul qui propose un espoir, parce qu'il engagera une rupture avec toutes les politiques désastreuses menées depuis cinq ans.

La première priorité de François Fillon est le retour du plein-emploi

L'économie française a besoin d'un choc de compétitivité pour retrouver la croissance et l'emploi

Depuis mai 2012, François Hollande a imposé aux Français 50 milliards d'euros de taxes et impôts supplémentaires. La politique socialiste a consisté à matraquer fiscalement les entreprises et les ménages. À tel point que les entreprises françaises souffrent aujourd'hui d'un très lourd déficit de compétitivité.

A contrario de tout ce qui a été fait depuis l'élection de François Hollande, le projet de François Fillon libérera l'activité en diminuant de 25 milliards les charges pesant sur les entreprises, le taux d'impôts sur les sociétés sera ramené à 25 % – dans la moyenne européenne – et l'ISF supprimé. Ainsi, ce sont 40 milliards d'euros qui seront dégagés pour restaurer la compétitivité. Grâce aux solutions proposées par François Fillon, un taux de chômage ramené à 7 % est un objectif réaliste et atteignable.

« L'objectif est d'arriver en fin de quinquennat à un taux de chômage inférieur à 7 %, une croissance supérieure à 2 % »

La doxa socialiste, déconnectée de la réalité du marché du travail, a lourdement pénalisé l'économie française. Refusant toute fatalité, François Fillon souhaite libérer la France de ses carcans comme celui des 35 heures. Ainsi, le temps de travail sera négocié directement au sein des entreprises, au plus près des besoins réels.

« Je suis le seul à incarner une vraie rupture, qui permettra de redresser l'économie. »
François Fillon, Les Échos le 13 mars

Grâce à une politique volontariste et juste, le taux de chômage sera ramené en dessous de 7 % et la croissance franchira la barre des 2 %.

En rétablissant les comptes publics, François Fillon restaure la souveraineté de la France

La folie dépensière du quinquennat socialiste nous conduit dans l'impasse : la dépense publique atteint aujourd'hui près de 100 % du PIB quand la dette explose (2 200 milliards d'euros). Et en 2018, la prochaine majorité aura à subir les dépenses non budgétées du gouvernement sortant, dont Emmanuel Macron était membre. Les socialistes ont trompé les Français sur la dépense publique !

Parce qu'il porte un projet responsable pour la France, François Fillon souhaite réaliser « des économies à hauteur de 100 milliards d'euros » destinées à rééquilibrer les comptes publics. C'est un enjeu de souveraineté pour que la voix de la France porte à nouveau en Europe.

Inverser la frénésie fiscale socialiste pour redonner du pouvoir d'achat aux Français

Les mesures en faveur du pouvoir d'achat seront mises en oeuvre dans les 100 premiers jours

François Fillon prévoit de réduire les charges salariales directement sur la fiche de paye. Le gain sera de 350 euros par an et par salarié, soit 700 euros de pouvoir d'achat supplémentaire pour un couple dont les deux conjoints travaillent. En outre, le plafond du quotient familial sera relevé dès 2018 et l'universalité des allocations familiales sera rétablie. Il s'agit d'inverser les politiques anti-famille qui ont caractérisé le quinquennat de François Hollande et d'Emmanuel Macron. Au total, ce sont 10 milliards d'euros de pouvoir d'achat rendus aux Français.

La contrepartie à la réforme des retraites sera la revalorisation des petites pensions

Les retraités ont été parmi les grands oubliés des politiques conduites par les socialistes, Emmanuel Macron en tête. Ils ont eu à subir, comme des millions de Français, la frénésie fiscale du gouvernement sortant. Leur pouvoir d'achat a été gravement diminué au cours des deux premières années du quinquennat de François Hollande.

Ainsi, grâce au passage de la retraite à 65 ans, avec un alignement des systèmes de retraite du privé et du public, de réelles marges de manoeuvre financières seront dégagées au profit des petites retraites. Les retraites inférieures à 1 000 euros seront revalorisées substantiellement puisque leur hausse sera équivalente à 300 euros annuels. Il s'agit d'une proposition crédible, puisqu'elle est financée par le projet de François Fillon. On ne peut pas en dire autant des projets des autres candidats à la présidentielle.

« Cette mesure permettra d'assurer la pérennité des régimes de retraite mais aussi de financer un relèvement des petites retraites. » 
François Fillon, Les Échos le 13 mars

>> Télécharger l'argumentaire

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains