15 décembre 2016

Les socialistes peuvent tourner la situation dans tous les sens, il n'en reste pas moins qu'en 2017, la Sécurité sociale sera encore déficitaire de 4,2 milliards d'euros. Le projet de François Fillon a pour objectif de sauver la Sécurité sociale universelle.

Le chiffre

160 milliards d'euros : C'est le montant de la dette de la Sécurité sociale, ce qui compromet la pérennité de notre modèle social.

Le gouvernement travestit les faits en affirmant qu'il a sauvé la Sécurité sociale

Le déficit de la Sécurité sociale restera encore très préoccupant en 2017, malgré les annonces faites par Marisol Touraine, de retour à l'équilibre. Pour parvenir à masquer ses mauvais résultats, les socialistes ont délibérément maquillé les chiffres, en laissant de côté tout un pan de la protection sociale : le Fonds de solidarité vieillesse. Quelle est donc cette conception de la gestion des deniers publics où l'on cache sous le tapis les problèmes à régler ?

Le Fonds de solidarité vieillesse permet de financer les aides à destinations des personnes âgées ayant de faibles pensions. C'est un pilier essentiel de la solidarité nationale. Son déficit prévu de 3,9 milliards d'euros en 2017 met en péril l'ensemble de la Sécurité sociale.

Un projet de sauvetage de la Sécurité sociale, pour en garantir l'universalité

Rétablir l'universalité de la Sécurité sociale pour en assurer la pérennité

La Sécurité sociale est née d'un projet de solidarité nationale en 1945. François Fillon souhaite revenir à l'esprit des fondateurs du Conseil national de la Résistance. L'assurance-maladie obligatoire et universelle, qui est le pilier de la solidarité, doit donc rester le pivot du parcours de soins. Le médecin généraliste en est l'acteur clé.

Il n'est pas question de privatiser l'assurance-maladie. Il s'agit d'un mauvais procès intenté par les forces politiques les plus conservatrices. Leur dogmatisme et leur refus de voir que la Sécurité sociale s'effrite mettent en danger la solidarité nationale.

Les complémentaires santé n'ont pas vocation à remplacer la Sécurité sociale. C'est la raison pour laquelle le remboursement pour les patients sera amélioré, notamment en plaçant l'assurance-maladie et les mutuelles sous le pilotage d'une agence de régulation et de contrôle. La gestion de notre système peut être renforcée. Tous les Français bénéficieront d'une protection complémentaire sur la base de contrats homogènes.

La responsabilisation des acteurs de santé est au coeur du projet de François Fillon

L'instauration du tiers payant généralisé, en plus d'être massivement rejeté par les professionnels de santé parce qu'il crée de la complexité administrative, entraîne notre système sur une pente dangereuse et glissante : le gouvernement fait croire aux Français que la santé est gratuite. C'est faux ! La santé a un coût et, d'une manière ou d'une autre, c'est toujours l'assuré qui paye. François Fillon propose donc d'abandonner le tiers-payant généralisé pour remettre la responsabilité au coeur de la logique de l'assurance-maladie.

Le sauvetage de l'assurance-maladie va de pair avec l'assurance d'une santé de qualité

François Fillon souhaite que tous les Français puissent avoir accès à des soins de qualité. En plus de sauver notre système de santé qui fut l'un des meilleurs au monde et qui doit le redevenir, il s'engage pour l'excellence des soins.

Face à la désertification médicale qui éloigne toujours davantage des millions de Français de notre système de soins, la multiplication des maisons pluridisciplinaires de santé et la revalorisation de la médecine libérale, découragée actuellement par la paperasserie et la bureaucratie galopante, apporteront des réponses fortes à nos concitoyens qui se sentent abandonnés de l'État.

>>Télécharger l'argumentaire

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains