27 août 2015

Face aux souffrances des agriculteurs, le gouvernement est incapable de se placer à la hauteur des enjeux. Au-delà d’un plan d’urgence sans ambition, il est grand temps d’apporter des solutions ambitieuses aux difficultés rencontrées par les agriculteurs français.

puce_agriculture.JPG UNE SITUATION DE CRISE MAJEURE

   La mobilisation des agriculteurs traduit une réelle inquiétude face à une situation qui s’est gravement détériorée au cours des trois dernières années.

   Les prix de vente cristallisent les tensions et suscitent de vives craintes auprès des agriculteurs. Les éleveurs bovins sont ainsi confrontés à un décalage important entre le coût de revient d’une carcasse, évalué à 4,50 euros par kilo, et le prix de vente actuel d’une carcasse entre 3 euros et 3,40 euros par kilo. Il s’agit donc d’une perte de 250 euros par animal, selon la FNSEA.

   L’embargo russe accentue les difficultés observées avec la fermeture d’un marché important représentant 10 % des exportations totales agricoles européennes. Selon la Fédération nationale porcine, depuis février 2014, la perte économique pour les éleveurs de la filière porcine s’élève à 800 millions d’euros.

   Il y a donc urgence à agir sur les prix et à mener des réformes structurelles !

puce_agriculture.JPG LE GOUVERNEMENT DEMEURE EN RETRAIT, À LA REMORQUE DES ÉVÉNEMENTS

   Ne prenant conscience que très tardivement des souffrances des agriculteurs, le gouvernement est apparu dépassé par les enjeux, incapable de faire face à une double crise, à la fois conjoncturelle mais également structurelle.

   Bien conscients que le plan d’urgence de 600 millions d’euros annoncé par le gouvernement ne répond pas à leurs difficultés, les agriculteurs continuent d’exprimer leurs craintes.

puce_agriculture.JPG LES RÉPUBLICAINS DÉFENDENT UNE VISION D’AVENIR POUR L’AGRICULTURE

   Les maux de notre agriculture sont ceux de l’économie française : un excès de charges contraignant l’activité, des normes trop nombreuses et au final un déficit de compétitivité.

   Il est grand temps d’agir en profondeur, pour adapter la structure de notre agriculture aux exigences de la compétition mondiale, et permettre à nos agriculteurs d’être compétitifs. L’inaction n’est pas une option.

   Tout d’abord, il est urgent d’agir sur les prix, en faisant respecter les accords pris avec la distribution et l’ensemble de la filière. Sur ce point, il faut un engagement plein et entier au plus haut niveau de l’État, comme l’avait fait Nicolas Sarkozy en 2009 pour les fruits et légumes.

   Le pays décroche depuis 2012, sous l’effet d’un alourdissement des contraintes fiscales et réglementaires qui pèsent sur l’agriculture et l’agroalimentaire.

   La suppression de la TVA compétitivité, qui aurait pu bénéficier à 94 % des entreprises du secteur agricole, et de la défiscalisation des heures supplémentaires a porté un terrible coup à la compétitivité de l’agriculture française. Il faut baisser massivement les charges qui pèsent sur notre agriculture !

   De plus, il faut mettre fin à la surtransposition des normes européennes, pour ne pas pénaliser les agriculteurs français par rapport à leurs concurrents européens.

   Concernant la politique agricole commune (PAC), le gouvernement doit dire la vérité aux agriculteurs quant aux modalités d’application de la nouvelle PAC pour 2015. Sa réforme doit s’engager dès 2017, en évoluant vers des mécanismes qui sécurisent davantage les producteurs, en les assurant davantage contre les aléas et la volatilité des marchés.

   Les régions ont un rôle clé à jouer dans le développement de notre agriculture. Conscients de cela, les Républicains porteront une ambition pour l’agriculture et la ruralité lors des prochaines élections régionales, en soutenant, notamment, l’installation des jeunes agriculteurs, la promotion de la ruralité et la consommation de produits locaux.

CONCLUSION

   L’agriculture est un pilier de notre économie auquel nous devons non seulement témoigner notre attachement mais aussi apporter un soutien efficace face aux crises. Il est impératif d’agir rapidement et avec ambition !

>> Télécharger l'argumentaire

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains