27 septembre 2015

Emblématique promesse de François Hollande, l’inversion de la courbe du chômage, déjà promise pour fin 2013, n’est toujours qu’une fiction socialiste. L’annonce des chiffres du chômage, le 24 septembre, confirme, à nouveau, ce cinglant échec du gouvernement.

Le chiffre

1 105 300 chômeurs de plus depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande (France entière, catégories A, B et C). Depuis mai 2012, la France métropolitaine compte 649 500 chômeurs de plus (catégorie A).

Encore une forte hausse du chômage en août

Le nombre de chômeurs a progressé de 20 600 (+ 0,5 %, catégories A, dans toute la France) et de 8 500 pour les catégories A, B, C. Il s’agit donc d’une nouvelle étape dans la progression du chômage en France depuis l’élection de François Hollande.

Les socialistes battent tous les records

La France entière compte 3 835 100 personnes sans aucune activité, en progression de 4,4 % sur un an. Au total 5 726 300 personnes sont touchées par le chômage dans toute la France, en hausse de 6,5 % en un an.

  • Le nombre de chômeurs de longue durée (un an ou plus, catégories A, B, C, France métropolitaine) atteint 2 404 300 personnes, soit 44,4 % des inscrits, un record. Ces chiffres sont inquiétants : plus le temps passé au chômage s’allonge, plus le retour vers l’emploi devient difficile.

  • La France métropolitaine compte 1 244 900 demandeurs d’emploi de 50 ans ou plus (catégories A, B et C), en hausse de 10,3 % sur un an.

  • Les indicateurs demeurent dans le rouge, avec une croissance nulle au deuxième trimestre 2015. Sans retour de la croissance, il n’y aura pas de recul du chômage. L’Insee n’anticipe donc pas d’inversion de la courbe du chômage en 2015.

L'échec des socialistes dans les régions

Les socialistes sont impuissants face à la progression du chômage. Il est temps de sanctionner ces échecs et de faire confiance aux candidats des Républicains pour redresser nos régions !

carte_france_chomage_regions.png

Conclusion

François Hollande a fait de la baisse du chômage la priorité de son quinquennat, allant même jusqu’à dire qu’il ne serait pas candidat à l’élection présidentielle si le chômage ne reculait pas d’ici 2017. Avec un million de chômeurs supplémentaires depuis son élection, le mensonge du pouvoir socialiste n’en devient que plus cruel et mine gravement le lien de confiance des Français avec l’action politique.

>> Télécharger l'argumentaire

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains