04 avril 2017

Candidat des zigzags à répétition, Emmanuel Macron entretient le flou autour de son projet. Mais dans les faits, il continuera d'utiliser les mêmes recettes que celles de François Hollande, à savoir plus d'impôts et aucune réforme structurelle pour redresser notre pays. Avec Emmanuel Macron, au final, ce sont encore les Français qui perdent...

Le chiffre

20 milliards d'euros : C'est l'augmentation des impôts prévus par Emmanuel Macron au titre de la hausse de la CSG.

Les retraités et les familles passent à la trappe !

Le pouvoir d'achat des retraités sera amputé de près de 20 milliards d'euros par la hausse de la CSG. À l'inverse, François Fillon prévoit de revaloriser les pensions de retraite inférieures à 1 000 € par mois en les augmentant de 300 € par an. Dans le même esprit, il propose de faire progresser de 600 € par an les plus petites pensions de réversion. C'est autant de pouvoir d'achat supplémentaire.

Là où François Fillon souhaite rétablir l'universalité des allocations familiales et relever le plafond du quotient familial, Emmanuel Macron ne fait aucune proposition pour soutenir les familles. Elles continueront donc d'être les victimes du socialisme d'« En Marche ! ». D'ailleurs la promesse de supprimer la taxe d'habitation devra bien être compensée. Ainsi, les 20 % de foyers qui n'en bénéficieront pas subiront l'augmentation de la fiscalité locale pour les propriétaires.

Enfin, les automobilistes ne seront pas en reste, puisque, Emmanuel Macron va augmenter la fiscalité du diesel et augmenter de plus de 300 % la taxe carbone. Ainsi, chaque plein de carburant coûtera 15 € de taxe carbone. Ces mesures pénaliseront fortement les habitants des zones rurales qui ne peuvent se passer de leur voiture pour aller travailler.

Les entreprises pénalisées, les demandeurs d'emploi oubliés !

Alors que François Fillon propose de pérenniser le Cice sur tous les salaires tout en allégeant les charges qui pèsent sur nos entreprises de 25 milliards d'euros supplémentaires afin de relancer l'activité, Emmanuel Macron poursuit la politique de François Hollande, néfaste pour les entreprises. Emmanuel Macron maintiendra les 35 heures, le compte pénibilité et le prélèvement à la source de l'impôt, pourtant source de complexification pour les entreprises. Bref, rien de nouveau sous le soleil socialiste.

La fusion du RSI et des Urssaf telle que souhaitée par Emmanuel Macron se traduirait avant tout par une hausse massive de leurs cotisations, jusqu'à +35 % avec l'assurance chômage. Alors que les travailleurs indépendants réclament, à juste titre, plus de sécurité et de liberté, Emmanuel Macron leur promet plus d'impôts et de taxes, pour un total pouvant aller jusqu'à 4 600 €.

Conscient de la bronca face à sa proposition, Emmanuel Macron a effectué un de ces revirements dont il a le secret en annonçant vouloir conserver les allégements de charges pour les indépendants, tout en simplifiant le RSI. Le résultat est qu'il souhaite désormais faire supporter aux salariés du régime général l'inégalité des niveaux de cotisations pour les indépendants !

Avec Macron et Hollande, l'avenir de la jeunesse sacrifié...

En proposant une politique irresponsable d'augmentation des dépenses publiques – plus de 50 milliards d'euros – compensée par des économies introuvables, Emmanuel Macron ne propose rien d'autre qu'une aggravation de notre déficit et une augmentation de la dette existante.

Pourtant, chaque enfant qui naît en France doit déjà assumer plus de 30 000 € de dette publique. La politique d'Emmanuel Macron est irresponsable : elle hypothèque l'avenir de la jeunesse pour faire des cadeaux électoraux. Cette campagne électorale ne peut pas être celle où l'on propose de sacrifier l'avenir de notre jeunesse. Remporter l'élection présidentielle ne justifie pas la folie dépensière.

Même les impôts des fonctionnaires augmenteront !

Emmanuel Macron propose de supprimer les cotisations salariales chômage et maladie en échange d'une hausse de la CSG. Les fonctionnaires ne payant actuellement pas ces cotisations salariales, ils subiront ainsi cette augmentation. Soit une amputation de leur pouvoir d'achat d'environ 500 € par an pour un fonctionnaire touchant 2 000 € net par mois.

Les collectivités territoriales ne seront pas épargnées, avec 10 milliards d'euros de réduction : elles continueront de subir les baisses brutales et aveugles des dotations. François Fillon au contraire leur propose un pacte équilibré et juste. Ainsi, un système de bonus-malus permettra de récompenser les collectivités qui réduisent leurs dépenses par une dotation accrue de l'État. François Fillon veut les faire participer à l'effort général d'économies, pas les priver brutalement de leurs ressources comme le propose Emmanuel Macron.

>> Télécharger l'argumentaire

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains