publié le 09 janvier 2016

Allocation équivalent retraite (AER) et dispense de recherche d'emploi

Rétablissement de l’Allocation équivalent retraite (AER) et dispense de recherche d'emploi (pendant 5 ans) : Ayons l’honnêteté de dire à nos compatriotes à quel point la reprise économique, la correction de notre déficit budgétaire et le recul du chômage ne seront, hélas, pas au rendez-vous, et pour longtemps. Ni le parti de gauche actuellement au pouvoir qui ne parvient pas à cacher son triste échec et semble “scotché” par ses mauvais résultats. Ni le parti politique qui vient de se convertir de « l’extrême droite à l’ultra-droite, en adoptant le programme économique et social du front de gauche », et dont les incompétences et la légèreté sont désormais notoires ; ne pourront libérer les formidables énergies créatives dont est capable notre nation pour faire face au "chaos » (insécurité, chômage, surendettement public, désindustrialisation, fiscalité exponentielle, fuite des capitaux et des cerveaux, avilissement de notre souveraineté, perte de confiance dans les élus, fragilisation de notre démocratie parlementaire) laissé par les équipes politiques de gauche actuellement au pouvoir . Seuls « les Républicains » pourront y réussir grâce à leur foi en la France et un choc de confiance provoqué par l’ambition d’un programme de rétablissement d’une France puissante ayant retrouvée ses valeurs fondamentales morales, éthiques et leader en Europe. Comme vous le savez, le taux de chômage des seniors atteint désormais 7%, contre 4% en 2008 et pour percevoir une retraite sans minoration, il faut avoir cotisé un certain nombre de trimestres et en plus atteindre un âge minimum. Nous sommes le seul système de retraite en Europe à exiger à la fois une durée de cotisation et le respect d’âge. Il est alarmant de constater que moins de la moitié des seniors français passent directement de l'emploi à la retraite et les autres connaissent à la fin de leur carrière une période de non-emploi, souvent de très longue durée (passé 55-56 ans, les chômeurs seniors n’ont aucune chance de retrouver un emploi). Parmi les premières mesures à prendre par la nouvelle majorité de droite issue des urnes, consiste à ce que les demandeurs d'emploi de plus de 59 ans et - dans certaines conditions - de plus de 55 ans, soient dispensés de recherche d'emploi. En attendant la sortie de la crise (5 ans), ils pourront percevoir leurs allocations chômage jusqu'à leur départ à la retraite et ils passeront ainsi automatiquement du chômage à la retraite tout en étant dispensés de recherche d’emploi (– 170 000 chômeurs de moins). Il s’agit d’une mesure de bon sens et de rétablissement de justice sociale envers les seniors au chômage qui pourront ainsi envisager avec sérénité leur départ à la retraite. Mais aussi d’urgence (traitement social du chômage), car on arrivant au gouvernement, la droite va devoir assumer le résultat catastrophique de la politique « insouciante du gouvernement actuel »: des multitudes de chômeurs seniors en fin de droits. Cette nouvelle « Allocation équivalent retraite AER – pourra être servie à 100% sur son Budget par le Pôle Emploi et remplacera le « bricolage » mis en place par l’équipe actuellement au pouvoir qui consiste en : une prime de 300*** euros par mois destinée à des demandeurs d'emploi seniors qui n'ont plus d'allocation chômage ARE et qui ne peuvent pas partir à la retraite parce qu'ils n'ont pas encore atteint l'âge légal de départ (encore une fois, les entreprises n'embauchent pas les seniors passé 55 ans, et après 60 ans, en France, seulement 19% sont encore en emploi à cet âge ; nos amis Suédois, pour prolonger l’employabilité de leurs seniors à cause d’une démographie en baisse, sont obligés de prendre à charge 75% de leur rémunération !). l’AER pourra être financée par la création d’une « redevance collaborative » de 1% à 3% sur toutes les transactions effectuées par Internet–Google, Apple, Facebook, Uber, Amazon ets (700 millions € à 2,1 milliards € et destinées à la réduction des déficits de la sécurité sociale et du pôle emploi - avec interdiction d’optimisation fiscale). A titre de comparaison l’Allemagne dépense actuellement un budget équivalent par migrant (13.500€ an, par migrant). ***Cette prime de 300€ au mécanisme invraisemblable et Kafkaïen est si complexe qu’une petite partie seulement des ayant droit en bénéficient : financée par la solidarité nationale mais versée par Pôle Emploi, elle s'ajoute au RSA versé, lui par le département, et elle s'arrête à l'entrée à la retraite. Ce qui implique que l'Etat, Pôle Emploi, les départements et les caisses de retraite communiquent entre eux (on peut toujours rêver…). Car notre technostructure est opposée au rétablissement de la justice sociale envers nos seniors sans emploi, malgré la sévérité de la crise actuelle : 1) en mettant en place des « usines à gaz de type" - prime de 300€ », sans doute par calcul qu’une partie seulement des ayant droit qui ont passé 35 ans de leur vie au travail auront le courage et la volonté d’entamer des procédures administratives lourdes et complexes. 2) en se répandant en arguties auprès de nos décisionnaires politiques : pour restaurer l’employabilité des seniors au chômage il faut de la formation, de l’accompagnement, de la sécurisation des parcours, rendre toutes les allocations chômage dégressives et réduire leur durée. Discussion : 1) Certes, réduire la durée d'indemnisation comme mesure d'incitation au travail peut fonctionner en période de croissance et de plein emploi, en revanche, il provoque une déqualification massive des sans emploi 2) rendre les allocations chômage dégressives va pousser les revenus les plus élevés à convenir de n'importe quel type d'emploi en prenant les emplois des personnes les moins qualifiées, or le chômage français a la particularité d’être surtout un chômage de travailleurs les moins qualifiés, les moins formés et dans une période de crise profonde (qui va malheureusement encore durer) et de chômage très élevé ; réduire la durée de l’indemnisation n'est donc, pas adapté à la précarité de nos emplois. En revanche, passer le plafond d’indemnisation de 6.000 euros mensuels à 3.000 € mensuels et agir sur les montants des allocations sera plus efficace qu'une action sur la durée (car diminuer la durée dans la situation économique présente créera des indigents). Pour être juste, la diminution du plafond des allocations chômage doit également être suivie d’une diminution des cotisations car les cadres français sont ceux qui cotisent le plus en Europe (les cotisations à l'assurance chômage dans les autres pays Européens sont nettement moins élevées) et les chômeurs...sont également nos électeurs. 3) Compléter le dispositif actuel du Pôle Emploi par de la formation ciblée et en partie payée par la Région, c’est bien; seulement pendant la crise dans les années 1990 le même type formation à obtenu des résultats variables pour cause de non accompagnement de longue durée après la formation et de crise économique persistante. Ce type de formation est valable jusqu'à l’âge de 45 ans si elle est combinée à un projet de vie et de réorientation professionnelle; après, selon nos amis nordiques qui l'ont expérimenté, l’intérêt décroit fortement avec l’âge pour être quasiment nul à 55 ans.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains