publié le 07 octobre 2015

AIDE UNIQUE

PRINCIPE DE FOND : la dispersion des aides rend difficile la connaissance globale des montants versés ainsi que le contrôle des bénéficiaires et nuit à l’efficacité tout en créant des coûts indirects importants (informatique, personnel de gestion, commissions d’octroi……). Il serait donc envisagé de supprimer TOUTES les aides (allocations logement, allocations familiales, RSA, aides aux handicapés, aide à la rentrée scolaire…..). Remplacement par une aide UNIQUE qui serait calculée ainsi : calcul d’un revenu minimum vital. Ce revenu minimum vital dépendrait de la composition de la famille en nombre et en capacité (par exemple un handicap serait affecté d’un coefficient en fonction de l’affectation sur le revenu du niveau du handicap). L’aide UNIQUE serait donc calculé d’une part en fonction de ce minimum vital et d’autre part en fonction d’un pourcentage, tous les deux déterminés par un vote à l’assemblée nationale (majorité des 2/3), pourcentage entre le minimum vital et le revenu réel et total du demandeur comprenant tous les revenus du ménage (dans les revenus réels sont compris toutes les aides ou avantages en nature ou en espèces ) Pour les chômeurs ayant perdu leur droit à indemnité pour défaut de recherche, le revenu qu’ils auraient perçu s’ils avaient été indemnisé sera considéré comme revenu réel. Ce pourcentage pourrait donc varier entre 0 et 100 % selon d’une part la politique familiale et les capacités financières de la NATION. (par exemple si le revenu minimal vital d’un couple est estimé à 1400 euros, si le revenu réel de ce couple est égal à 1000 euros, il percevra 400 euros x 70% si le coefficient de 70% a été décidé par le législateur). L’aide obtenue serait fiscalisée au même titre que tous les revenus. La simplification du calcul de cette aide entraînerait des économies dans le personnel de l’organisme UNIQUE qui serait chargé de mettre en œuvre et CONTROLER la réalité des demandes.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains