Vincent Descoeur : « Le gouvernement doit moduler les taxes sur les carburants »

Publié le 07/05/2019

La colère sociale, un grand débat. Et pourtant, Vincent Descoeur, député du Cantal, ne voit aucune réponse concrète d’Emmanuel Macron et de son gouvernement sur les deux principaux sujets qui ont déclenché la colère des gilets jaunes : le prix des carburants et la limitation à 80 km/h. Une préoccupation qu’il a formulée lors de la séance de questions au gouvernement, ce mardi.

« Il y a eu de longues semaines de débats lors desquelles la question de la mobilité dans les territoires a été soulevée par de nombreux intervenants. Le prix des carburants, la limitation de vitesse demeurent des sujets de préoccupation plus que l’hypothétique suppression de l’ENA qui n’apparait pas comme une priorité », pointe Vincent Descoeur

Le député du Cantal fait remarquer que le prix des carburants est reparti à la hausse avec des niveaux record « suscitant l’inquiétude légitime de la part de ceux qui n’ont pas d’autre alternative que l’utilisation quotidienne de leur véhicule et qui ne peuvent se contenter de réponses à long terme ».

Conscient que le gouvernement n’a pas la maîtrise des cours du pétrole, « il a cependant le pouvoir de moduler les taxes ou de les plafonner pour ne pas en rajouter à la flambée des prix », suggère-t-il, attendant également des réponses concrètes sur la limitation à 80 km/h, « mesure imposée sans concertation, contestée par de nombreux élus locaux et pour laquelle les Républicains ont réclamé depuis longtemps l’adaptation au cas par cas », rappelle-t-il.

À quelques semaines de l’examen de la loi d’orientation sur les mobilités, Vincent Descoeur attend du gouvernement qu’il assouplisse donc sa mesure sur la limitation à 80 km/h et qu’il module les taxes sur les carburants « pour endiguer la flambée des prix à la pompe », souligne-t-il faisant remarquer que ces deux questions « qui conditionnent la mobilité au quotidien n’ont fait pour l’instant l’objet d’aucune réponse concrète ».

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Guillaume Larrivé : « Dépenses publiques : réveillons-nous ! »

Guillaume Larrivé : « Dépenses publiques : réveillons-nous ! »

Published on 20/06/2019

Dans une tribune publiée dans Les Echos, Guillaume Larrivé, secrétaire général dé

Eric Woerth : « Les deux premières années du quinquennat n'ont pas été une réussite »

Eric Woerth : « Les deux premières années du quinquennat n'ont pas été une réussite »

Published on 12/06/2019

Eric Woerth, député de l'Oise et président de la Commission des finances de l'Assemblée na

Bérengère Poletti : « Le gouvernement fait insidieusement les poches des Français par le prix de l'essence »

Bérengère Poletti : « Le gouvernement fait insidieusement les poches des Français par le prix de l'essence »

Published on 15/05/2019

La hausse des taxes sur les carburants a été l'un des facteurs déclencheurs de la crise de