08 octobre 2015

Sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, Christian Jacob, Président du groupe Les Républicains à l’Assemblée Nationale, et les Députés Républicains ont déposé une proposition de loi visant à lever les freins au développement des entreprises privées posés depuis 2012 et discuté ce jour.

Gérard Cherpion, Secrétaire National au travail et à l’emploi et rapporteur de ce texte, a défendu la position de son groupe. A l’heure où notre pays n’est toujours pas dans la reprise économique, avec seulement 1% de croissance – trop peu pour créer des emplois –, et qu’il n’y a jamais eu autant de demandeurs d’emploi – 5.726.300 – inscrits à Pôle emploi, les Républicains ont proposé de supprimer 7 mesures prises par le pouvoir socialiste depuis 2012 qui empêchent les entreprises de se développer. Ils ont ainsi proposé de revenir au compte pénibilité de 2010, de supprimer le seuil minimum de 24 heures par mois pour un contrat de travail, ou encore la loi « Florange », promesse de campagne de François Hollande n’apportant rien, hormis une mauvaise image de notre pays à l’étranger.

Fidèles à eux-mêmes, les socialistes sont restés dans leur dogmatisme et ont rejeté cette proposition de loi, sans aucun débat. Pourtant, les responsables socialistes ont demandé aux Républicains, la semaine dernière, de présenter leurs propositions à l’Assemblée Nationale pour avoir un débat. Dès qu’ils doivent prendre leurs responsabilités et passer de la parole aux actes, ils fuient.

Un orateur socialiste a même expliqué qu’il n’y avait pas de temps à perdre avec cette proposition de loi. Pour eux, consacrer 4 heures de leur temps parlementaire à la question du travail et de l’emploi, est une perte de temps. Les Républicains comprennent mieux pourquoi le chômage ne cesse d’augmenter dans notre pays !

Les Républicains regrettent le rejet sans débat de cette proposition de loi. Les différences d’avis sont compréhensibles, c’est l’exercice de la démocratie à condition que le débat ait bien lieu en particulier sur un sujet qui est la première préoccupation des Français, l’emploi. Les socialistes ont démontré leur dogmatisme, une nouvelle fois, ce matin, tout comme l’année dernière, en octobre 2014. Les Républicains continueront à se battre au sein du Parlement, notamment pour l’emploi et le travail. Même si les socialistes refusent le débat, nous poursuivrons avec détermination la préparation de l’alternance de 2017.

Gérard CHERPION
Secrétaire national au Travail et à l’Emploi
Député des Vosges

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains