16 février 2018

« C'est un rapport anti-région et anti-TER ». Au lendemain de la remise au Gouvernement du rapport sur l'avenir du secteur ferroviaire par Jean-Cyril Spinetta, ancien P-DG d'Air France-KLM, Sébastien Huyghe, député "les Républicains" de la 5ème circonscription du Nord, s'inquiète fortement du devenir des "petites" lignes ferroviaires. Celles qui irriguent chacun de nos territoires.

« Emmanuel Macron est centré sur Paris et les grandes métropoles. En dehors de cela, point de salut ! », a réagi ce vendredi matin, Sébastien Huyghe, invité politique de LCP. « Nos territoires sont abandonnés par la politique du Gouvernement et ce rapport est dans cette lignée », s'offusque-t-il.

S'il estime qu'il y a « nécessité d'ouvrir le transport ferroviaire voyageurs à la concurrence », celui qui est également conseiller régional des Hauts-de-France -région qui pourrait être lourdement impactée si les conclusions de ce rapport étaient appliquées-, déplore que la SNCF puisse se retirer de sa mission première. « Elle oublie sa mission de service public dès lors qu'elle envisage de fermer les lignes les moins rentables », considère Sébastien Huyghe qui pointe le tour de passe-passe qui pourrait s'opérer en défaveur des régions vers lesquelles l'Etat pourrait se tourner pour assurer ce continuum de service public.

« Au final, on veut faire payer par les régions ce que la SNCF n'a jamais fait. Mais comment le pourraient-elles alors que l'Etat vient de sucrer 450 millions d'euros aux régions ? Pourtant, il y avait un engagement du gouvernement précédent de donner des compensations financières sur les nouvelles compétences économiques des régions », s'agace Sébastien Huyghe. « On va leur demander de payer ! Ce serait une catastrophe pour les régions qui sont déjà exsangues financièrement. Où vont-elles trouver l'argent d'autant qu'elles n'ont aucune ressource fiscale pour le faire », relève, excédé, le député "les Républicains" du Nord.

A ses yeux, si le changement de statut de la SNCF pourrait permettre une organisation financière plus responsable, « cela n'empêche aucunement l'Etat de venir en appui sur ses missions de service public. C'est-à-dire sur des aspects moins rentables. A moins de déléguer aux régions mais avec le budget qui va avec. Or l'Etat veut déléguer sans donner les moyens », reproche-t-il.

Sébastien Huyghe demande au Gouvernement à ce que l'Etat remplisse son devoir. « Dès lors que la SNCF reste publique et comptable de ce service public, elle doit assumer les lignes les moins rentables », estime celui qui ne comprend pas que l'on puisse « renvoyer aux régions des décisions prises par l'Etat ».

Interrogé sur la proposition de mettre fin au statut actuel du cheminot, Sébastien Huyghe y est favorable. « Nous l'avons fait précédemment avec La Poste, France Télécom. La pénibilité des machines à vapeur n'existe plus », argue le député "les Républicains" du Nord pour qui il convient également de mettre fin à leur régime spécial. « Faire perdurer un tel régime ne se justifie plus aujourd'hui », estime-t-il.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains