24 novembre 2016

Depuis plusieurs mois la commission d’enquête parlementaire EMIS au Parlement européen, instituée après le scandale Volkswagen, souhaite entendre Ségolène Royal en tant que Ministre de l’environnement.

La Commission d’enquête parlementaire souhaite connaître la position du gouvernement français sur ce scandale et sur l’implication d’autres constructeurs européens.

 

À plusieurs reprises, Ségolène Royal a refusé de se présenter devant le Parlement européen.

 

Aujourd’hui, alors qu’elle avait enfin accepté d’être auditionnée, elle est arrivée avec près d’une heure de retard au Parlement de Strasbourg. Les Eurodéputés devant siéger en plénière, plusieurs d’entre eux n’ont pas pu l'interroger. L’ambiance était électrique.

 

Cette attitude de Ségolène Royal est méprisante pour le Parlement européen et donne une image désastreuse  de la France.

 

Elle pose aussi la question de savoir si Ségolène Royal ne cherche pas à fuir le débat et à cacher des informations gênantes.

 

Le gouvernement aurait-il des choses à dissimuler dans ce débat Volkswagen ? L’attitude de Ségolène Royal le fait craindre. 

 

Philippe JUVIN

Porte-parole des Républicains

Député européen

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains