Réforme de l'Etat : déjà un an de perdu et toujours les mêmes effets d'annonce

Publié le 30/10/2018

Les annonces du Premier ministre, ce matin, sur la réforme de l'Etat sont quasiment identiques à celles qu'il avait déjà faites en février dernier.

Si certaines pistes de réforme présentées sont intéressantes (contractualisation accrue, mobilité, dématérialisation), force est de constater, en effet, que leur mise en oeuvre avait déjà été annoncée lors du premier comité interministériel sur la transformation publique en février 2018, et que rien ne s'est donc passé depuis.

Une nouvelle fois, en réalité, le gouvernement sacrifie à la technique des ballons d'essai pour afficher son prétendu réformisme, avant, comme souvent malheureusement, de rétropédaler, faute d'avoir le courage d'engager les réformes indispensables pour le pays.

Ainsi, à l'instar de ses précédentes annonces, en février dernier, sur l'organisation de départs volontaires dans la fonction publique, les déclarations tenues dimanche par Gérald Darmanin sur la généralisation du recours à des agents contractuels, ont déjà été démenties par le gouvernement ce matin.

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s'était engagé sur la suppression de 120 000 postes d'agents publics, dont 50 000 dans les services de l'Etat. Après les 1600 postes supprimés en 2018 et 4164 suppressions annoncées dans le PLF pour 2019, force est de constater qu'il y a loin des promesses aux actes.

Plus que jamais, une autre approche de la fonction publique s'impose, qui valorise le travail des agents publics tout en repensant le fonctionnement de nos administrations à travers le prisme du management et de la bonne gestion, pour faire baisser la dépense publique et les impôts des Français. Malheureusement, le gouvernement n'en prend pas le chemin.

Annie GENEVARD
Secrétaire générale des Républicains
Vice-Présidente de l'Assemblée nationale
Députée du Doubs

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Communiqué de presse de la Commission nationale d'investiture

Communiqué de presse de la Commission nationale d'investiture

Published on 06/03/2019

Les membres de la Commission nationale d’Investiture réunis ce jour, mercredi 06 Mars 2019, au siège national des Rép

Désendettement massif des Républicains : la nouvelle droite a les reins solides pour lancer sa reconquête

Désendettement massif des Républicains : la nouvelle droite a les reins solides pour lancer sa reconquête

Published on 28/02/2019

Les Républicains ont conclu le mercredi 27 février la vente de leur immeuble parisien du 2

Non au marketing communautariste

Non au marketing communautariste

Published on 25/02/2019

Après le hijab de Nike, le défilé d'une femme voilée en Max Mara, la petite fille voilée d