Valérie Boyer : « Emmanuel Macron a mis la France en marge de l'Europe »

Publié le 13/03/2019

Lors de la séance de questions au gouvernement de ce mercredi, Valérie Boyer a fustigé la tribune européenne d'Emmanuel Macron qui s'est mis à dos l'ensemble des chefs d'État de l'Union européenne. L'occasion de présenter la vision des Républicains, celle d'une « Europe des actes, de l'intelligence, de l'efficacité qui respecte les frontières, la souveraineté... »

« Comment prétendre à une renaissance de l'Europe quand on ne peut rassembler ni en France, ni en Europe ? » À moins de 3 mois des élections européennes, Valérie Boyer, députée des Bouches-du-Rhône, a saisi l'opportunité des questions au gouvernement de ce mercredi pour fustiger la récente tribune d'Emmanuel Macron à l'adresse des Européens, laquelle tribune n'a reçu aucun écho favorable des dirigeants européens. « Les pays de l'Est, les pays nordiques, l'Italie prennent leurs distances. Même l'Allemagne vient de nous adresser une réponse cinglante », relève la députée.

« Alors qu'il sature tous les médias avec un grand débat commencé dans la panique des gilets jaunes et dont aujourd'hui la conclusion est dans le brouillard, le président de la République s'est aussi mis à dos nos partenaires européens », poursuit la députée des Bouches du Rhône pour qui la renaissance de l'Europe à laquelle appelle le chef de l'État s'avère être une « obsolescence ».

Une allusion à « toujours plus d'élargissement, de bureaucratie, de dystopie fédéraliste, d'immigration, toujours plus de ce qui ne marche pas, toujours plus de fractures avec nos partenaires européens », dénonce la Secrétaire générale adjointe des Républicains en charge des relations avec la société civile.

N'appréciant pas qu'Emmanuel Macron donne des leçons aux chefs d'État européens, Valérie Boyer rappelle qu'en France « il incarne une compétitivité en berne, le pire déficit de la zone euro, une crise sociale sans précédent. À l'image d'une France en pleine crise sociale, en panne, Emmanuel Macron a également mis la France en marge de l'Europe. Il n'a été suivi par aucun pays sur ses propositions qu'il s'agisse de la réforme de la zone euro, de l'immigration ou de la taxation des GAFA », pointe-t-elle.

Valérie Boyer dénonce aussi combien Emmanuel Macron, « pour masquer son absence de résultats nationaux, met en scène un dangereux clivage entre nationalisme et populisme, s'arrogeant le camp du bien, se servant de l'extrémisme comme d'une assurance-vie ». 

Au clip de campagne « édifiant » d'Emmanuel Macron laissant supposer que « les peuples pensent mal, donc votent mal, donc il faut changer les peuples », Valérie Boyer oppose la vision des Républicains qui ont choisi une autre voie : « l'Europe des actes, de l'intelligence, de l'efficacité qui respecte les frontières, la souveraineté, les Français comme nos partenaires européens. Une Europe qui nous permette de maîtriser notre destin ».

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Geoffroy Didier : « Edouard Philippe élude tous les sujets européens essentiels »

Geoffroy Didier : « Edouard Philippe élude tous les sujets européens essentiels »

Published on 23/05/2019

Que cela soit sur l'élargissement de l'Union européenne, la protection des frontières, la

Nadine Morano : « Emmanuel Macron qui veut battre Marine Le Pen qui veut battre Emmanuel Macron, ce n'est pas un projet européen ! »

Nadine Morano : « Emmanuel Macron qui veut battre Marine Le Pen qui veut battre Emmanuel Macron, ce n'est pas un projet européen ! »

Published on 23/05/2019

Invitée de France 2, Nadine Morano a défendu le projet européen des Républicains et a fust

Damien Abad et Arnaud Danjean : « Electeurs de centre-droit, vous détenez le pouvoir démocratique »

Damien Abad et Arnaud Danjean : « Electeurs de centre-droit, vous détenez le pouvoir démocratique »

Published on 23/05/2019

Damien Abad, vice-président des Républicains et ancien député européen, et Arnaud Danjean,