13 juin 2018

« Les agitations, les incantations et la communication ne font pas une politique étrangère ». Député "les Républicains" de la 8ème circonscription du Val-de-Marne, Michel Herbillon est plus que circonspect sur l'action diplomatique d'Emmanuel Macron et la politique étrangère de la France.

« Emmanuel Macron aime répéter à l'envi qu'il fonde son action sur l'efficacité et les résultats. Force est de constater qu'au bout d'un an les résultats ne sont pas là », constate celui qui est également Vice-président de la commission des Affaires étrangères à l'Assemblée nationale.

Au terme d'une année de mandat, Michel Herbillon cherche effectivement et sans succès les « résultats positifs » de l'action d'Emmanuel Macron dans le domaine des affaires étrangères malgré « un activisme diplomatique (qui) voulait convaincre que France était de retour sur la scène internationale à grand renfort d'opérations de communication ».

Michel Herbillon garde en mémoire, notamment, la récente visite d'État du président de la République aux États-Unis. « La complicité affichée avec Donald Trump, avec son lot d'accolades, de tapes sur l'épaule n'a pas eu les effets escomptés. Emmanuel Macron avait assuré qu'il réussirait à le convaincre de respecter l'accord de Paris sur le climat. Échec ! Il devait le convaincre de ne pas se retirer de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien. Échec ! Quant au fiasco du G7, il a démontré que la diplomatie des embrassades a fait long feu. La réalité est qu'aujourd'hui les États-Unis durcissement leurs barrières douanières et imposent à nos entreprises leur législation extraterritoriale », observe cruellement Michel Herbillon à l'adresse du chef d'État français.

Mais là ne s'arrête pas le bilan calamiteux du président Macron. « Sur l'Europe, Emmanuel Macron parait bien isolé. Sa volonté de la refonder est au point mort. Il n'a pas su convaincre nos partenaires européens et la chancelière d'Allemagne vient de doucher les ambitions françaises. Et au Moyen-Orient, alors que la situation se dégrade, nous peinons à identifier le rôle que la France entend jouer dans la région», constate le député "les Républicains" du Val-de-Marne qui s'interroge sur la stratégie diplomatique de la France qu'il considère être dans « une impasse ».

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains