07 novembre 2018

Député les Républicains du Bas-Rhin, Laurent Furst est intervenu ce mercredi, lors de la séance de questions au Gouvernement, pour dénoncer la « taxofolie insupportable » qui s'est emparée du Gouvernement. Dans son viseur, la hausse « insupportable » des taxes sur les carburants.

L'occasion pour Laurent Furst de resituer la part de la France dans les émissions mondiales des gaz à effet de serre (0,9%) et de pointer la disproportion punitive de l'exécutif.

« Nul n'est opposé au changement des chaudières, à l'isolation des passoires thermiques ou à la régénération du parc automobile mais laisser croire que tous les évènements récents sont liés au changement climatique pour justifier des taxes nouvelles est assez démagogique », estime le député du Bas-Rhin.

« Votre réponse ce sont des nouvelle taxes et en même temps la France accumule des retards pour la méthanisation, le solaire, la géothermie, l'énergie de la mer ou l'autoconsommation électrique », dénonce Laurent Furst pour qui « les taxes nouvelles ce n'est pas une politique, c'est une punition. »
Et encore plus pour les Français les plus modestes « à qui vous rendez la vie encore plus difficile », lance le député du Bas-Rhin à l'adresse du Gouvernement qu'il accuse de « ni entendre, ni écouter la désespérance et la colère des Français qui montent ».

Demandant au Gouvernement quel message il comptait envoyer face à cette désespérance, Laurent Furst rappelle la position des Républicains : « Nous disons non à la hausse des taxes ».

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains