Gérard Cherpion : « Les Républicains, le parti du dialogue social »

Publié le 13/03/2019

Pour Gérard Cherpion, député des Vosges, les dernières négociations assurance-chômage qui ont échoué sont un « échec prévisible, voire programmé » en raison de la volonté de recentralisation de l'exécutif et d'enjamber les corps intermédiaires...

Lors de la séance de questions au gouvernement de ce mercredi, le député des Vosges est revenu sur les modalités employées par l'exécutif : une lettre de cadrage fixée par le gouvernement « trop contraignante entre les demandes d'économie et la pénalisation des contrats courts ». Le tout mu par une volonté présidentielle obligeant à une convention qui devait rester en vigueur jusqu'en 2020. Raison pour laquelle il n'apprécie pas que l'exécutif veuille faire « porter le chapeau de ses décisions aux partenaires sociaux en les divisant et en les critiquant ».

« C'est vous qui avez décidé de transférer les cotisations chômage ! C'est vous qui avez décidé d'ouvrir les droits au chômage aux démissionnaires et aux indépendants qui n'ont rien demandé ! C'est vous qui avez décidé de porter le coût du chômage sur la CSG faisant ainsi payer les retraités et passer d'un système assurantiel à un système de solidarité nationale à un moment où vous dites qu'il y a trop de solidarité nationale », lance Gérard Cherpion au Premier ministre, rappelant que le candidat Macron « avait exprimé sa volonté de nationaliser l'assurance-chômage lors de la campagne présidentielle ».

« Après la recentralisation des pouvoirs des communes, des régions, du Parlement, vous vous attaquez aux partenaires sociaux en transformant le paritarisme de gestion en paritarisme de caution de vos choix », accuse Gérard Cherpion déplorant que l'exécutif « assèche » les fonds de formation des artisans qui pourtant, « grâce à leurs compétences et formations, font rayonner le savoir-faire français ».

Faisant observer, en s'appuyant sur les lois Larcher et Accoyer, que les Républicains était « le parti du dialogue social », Gérard Cherpion accuse le parti majoritaire d'être « le parti de la recentralisation ». Et demande si le Gouvernement va « enfin entendre la voix des corps intermédiaires et des partenaires sociaux » ou « poursuivre la recentralisation en contournant une nouvelle fois le Parlement ».
 

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

François-Xavier Bellamy : « Dans le dossier des retraites, il faut sortir de l'hypocrisie et de la démagogie »

François-Xavier Bellamy : « Dans le dossier des retraites, il faut sortir de l'hypocrisie et de la démagogie »

Published on 30/08/2019

Ce vendredi matin, François-Xavier Bellamy, député européen, était l'invité de France Info pour réagir à divers sujet

Jean Leonetti : « Sur la réforme des retraites, le président recule et élude la vérité »

Jean Leonetti : « Sur la réforme des retraites, le président recule et élude la vérité »

Published on 28/08/2019

Ce mercredi matin, Jean Leonetti, président par intérim de notre famille politique et mair

Guillaume Peltier : « Que la droite redevienne le grand parti du travail et de l'ordre »

Guillaume Peltier : « Que la droite redevienne le grand parti du travail et de l'ordre »

Published on 18/06/2019

Guillaume Peltier, premier vice-président des Républicains et député de Loir-et-Cher, étai