16 octobre 2018

« Ils sont en première ligne quand surgissent des drames comme dans l'Aude. Ils sont les fantassins au service du bien commun. Ils doivent trouver des trésors d'inventivité au moment de l'élaboration des budgets pour maintenir les services, faire des investissements, pallier le désengagement de l'État... »

Lors de la séance de questions au Gouvernement ce mardi après-midi, Frédérique Meunier, députée les Républicains de Corrèze, a défendu les maires de France. Et plus particulièrement, tous ceux qui ont été stigmatisés par Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, qui a livré publiquement le nom des 6 000 maires qui ont dû augmenter la taxe d'habitation ou la taxe foncière de leurs communes. « Vous livrez ces maires à la vindicte populaire alors que vous savez qu'aucun maire de France n'augmente les impôts par plaisir. Ils le font contraints et forcés », déplore Frédérique Meunier, condamnant cette « campagne immonde, insupportable et odieuse » de délation des maires sur les réseaux sociaux relayée par les militants de La République en Marche via le hashtag #BalanceTonMaire et dont le point de départ ont été les propos du ministre Gérald Darmanin.

« Quelle démarche cynique ! Elle est inadmissible de la part d'un ministre, d'un ancien maire. Vous flattez le populisme», dénonce encore la députée les Républicains de Corrèze qui demande à l'exécutif de « réfléchir à ses propres responsabilités avant de chercher des coupables ». Dont celle d'avoir baissé drastiquement les dotations d'État aux collectivités locales.

« Alors que le pouvoir d'achat baisse vous essayez de détourner l'attention de vos hausses d'impôts en rejetant la faute sur d'autres », reproche encore Frédérique Meunier qui demande à ce que Gérald Darmanin présente publiquement, devant la représentation nationale, ses excuses aux maires de France.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains