13 novembre 2018

Député les Républicains de Haute-Marne, François Cornut-Gentille a profité, ce mardi après-midi, de la séance de questions au Gouvernement à l’Assemblée nationale, pour lancer une adresse solennelle au Premier ministre sur le budget des armées.

La raison du courroux du député les Républicains : le vote, lundi soir, lors du débat sur le projet de loi de finances rectificative (PLFR), de dispositions qui mettent fin au financement interministériel des opérations extérieures, soit plusieurs centaines de millions qui vont ainsi manquer aux armées. Or, ce financement devait être partagé par l’ensemble des ministères, au nom de la contribution nationale à l’effort de défense, conformément à la loi de programmation militaire 2014-2019.

« Cette décision bafoue les engagements pris par le président de la République et répétés par le ministre des Armées », lance, d’un ton grave, François Cornut-Gentille. Une allusion aux engagements de sanctuarisation du budget des armées par Emmanuel Macron qui ont fait suite au différend budgétaire qui avait entraîné la démission du général Pierre de Villiers en juillet 2017.

« Elle bafoue, poursuit-il, la loi de programmation militaire que votre majorité a fait adopter il y a moins de six mois. » Mais au-delà de l’enjeu militaire, le député de Haute-Marne y voit une atteinte à la « crédibilité de la parole de l’exécutif », pointant les « arguties techniques » ou les « vaines polémiques » dans lesquelles « se réfugient les ministres des Armées et du Budget ».

Évoquant une « émotion partagée sur l’ensemble des bancs de l’Assemblée », François Cornut-Gentille a demandé l’arbitrage du Premier ministre et surtout s’il assumait « cette décision inique dictée par Bercy » qu’il faudra expliquer aux militaires. Lesquels militaires qui « risquent leur vie au nom de la France ont moins besoin d’hommages que du respect de la parole donnée ».

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains