12 septembre 2018

« Vos résultats sont mauvais. Vous avez tout misé sur la croissance et rien sur les réformes structurelles ».

Président "les Républicains" de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, Éric Woerth a profité, ce mercredi, de la séance de rentrée des questions au Gouvernement pour fustiger sa politique économique et fiscale « confuse ».

« Aujourd'hui, la croissance s'essouffle parce que la consommation des ménages ralentit sous l'effet de vos mesures. Vous voilà comme un surfeur sans vague ! Votre politique, les Français ne la comprennent pas, parce qu'elle est bourrée de contradictions », juge le député "les Républicains" de l'Oise listant les contradictions du Gouvernement, que cela soit sur ses promesses de redressement des comptes, sur le pouvoir d'achat des Français, sur la compétitivité et le chômage. Autant de thèmes qu'Emmanuel Macron avait développés lors de sa campagne présidentielle.

« Vous aviez promis la rupture avec le passé, la seule rupture c'est avec vos promesses », lance le président "les Républicains" de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, visant notamment la progression de la dépense publique malgré une conjoncture économique qui reste favorable. « J'ai la conviction que vous avez abandonné toute volonté de baisse réelle de la dépense publique », lâche Éric Woerth qui rappelle les promesses d'augmentation du pouvoir d'achat du candidat Macron. « Demandez aux retraités si leur pouvoir d'achat a augmenté ? Demandez aux jeunes qui vont payer l'impôt sur le revenu dès la première année avec le prélèvement à la source si leur pouvoir d'achat a augmenté ? Demandez aux 5 % des plus modestes ce qu'ils pensent de la baisse de leur pouvoir d'achat de près de 1 % en 2018 ? », interroge Éric Woerth ciblant également les contradictions de l'exécutif sur la compétitivité et le chômage. « Vous vouliez faciliter la vie des entreprises avec la loi Pacte, mais dans le même temps, vous augmentez leurs charges administratives avec le prélèvement à la source. Vous repoussez aussi les baisses de charges patronales sur les bas salaires, alors que le chômage des non-qualifiés est au cœur du chômage français », remarque le député "les Républicains" de l'Oise qui réclame du Gouvernement qu'il change de politique économique et fiscale.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains