Dino Cinieri : « La sécurité routière ne peut se réduire à un abaissement général de la vitesse »

Publié le 02/04/2019

Dino Cinieri, député de la Loire, a tenu, lors de la séance de questions au gouvernement de ce mardi, à interpeller le Premier ministre sur la limitation de la vitesse à 80 km/h « mesure que vous avez imposée sans concertation ».

S'appuyant sur le bilan de la sécurité routière faisant état, en février 2019, d'une hausse de 17% du nombre de personnes décédées dans les accidents de la circulation (253 personnes, soit 27 de plus qu'en février 2018), « la limitation de la vitesse à 80 km/h n'a pas eu les effets attendus », constate le conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes.

« La sécurité routière ne peut se réduire à un abaissement général de la vitesse car les causes des accidents sont multiples », estime l'ancien maire de Firminy pour qui « il est absurde de fixer de Paris une vitesse générale alors que les élus locaux, qui connaissent parfaitement leurs territoires, sont les mieux placés pour décider, au cas par cas, de la vitesse maximale qui doit être autorisée ».

Rappelant que, lors du grand débat, le président de la République avait confié « vouloir trouver une manière plus intelligente pour mettre en œuvre cette limitation », Dino Cinieri se félicite d'un amendement adopté par le Sénat, contre l'avis du gouvernement, lors de l'examen du projet de loi sur les mobilités « permettant aux présidents des conseils départementaux et aux préfets des départements d'adapter les vitesses en fonction des réalités locales, quitte à les abaisser plus fortement si nécessaire », observe le député de la Loire.

Pour Dino Cinieri, c'est à l'évidence une « mesure équilibrée répondant à la fois aux impératifs de sécurité routière et aux préoccupation de nos concitoyens qui, en zones rurales, n'ont pas d'autres alternatives à l'utilisation des véhicules personnels pour aller au travail, se rendre à des rendez-vous médicaux ou accompagner leurs enfants à l'école ». Une mesure dont il espère qu'elle sera prise en compte par le Premier ministre et son gouvernement.

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

« Les suicides dans la police ne sont pas une fatalité »

« Les suicides dans la police ne sont pas une fatalité »

Published on 09/09/2019

Depuis le début de l'année, 48 policiers se sont donné la mort.

Éric Ciotti à BFMTV : « Il faut considérer la sécurité et la protection des Français comme une priorité nationale »

Éric Ciotti à BFMTV : « Il faut considérer la sécurité et la protection des Français comme une priorité nationale »

Published on 02/05/2019

Invité ce jeudi de BFMTV, Éric Ciotti a déploré les nombreux actes de violence qui ont éma

Constance Le Grip : « Face aux black blocs et ultra-jaunes, les Français attendent fermeté et efficacité »

Constance Le Grip : « Face aux black blocs et ultra-jaunes, les Français attendent fermeté et efficacité »

Published on 30/04/2019

Comme tous les députés des Républicains, Constance Le Grip, députée des Hauts-de-Seine, es