Christine Bonfanti-Dossat : « Les Français ne veulent plus de débats, de discours, de formules médiatiques mais des actes »

Publié le 21/03/2019

Après les saccages et pillages sur les Champs-Elysées samedi dernier, la sénatrice du Lot-et-Garonne réclame du gouvernement des « actes forts » et de la « fermeté à la hauteur de la violence ». Elle se demande aussi si Christophe Castaner peut poursuivre sa mission...

 

« Êtes-vous sûr qu'avec un tel discrédit le ministre de l'Intérieur est encore en mesure de poursuivre sa mission place Beauvau ? » Christine Bonfanti-Dossat, sénatrice du Lot-et-Garonne, a profité de la séance de questions au gouvernement de ce jeudi pour revenir sur les réponses de l'exécutif, confronté aux violences et pillages commis par les casseurs lors de l'acte 18 des gilets jaunes, samedi dernier, sur les Champs-Elysées.

« Aurait-on pu éviter ces scènes ? Y a-t-il eu défaillance, manque d'anticipation ? Faut-il appeler cela de l'amateurisme ? A combien se chiffrent les dégâts ? Qui va les payer ? Les Français ? Ou êtes-vous enfin prêts à faire payer les casseurs ? Toutes ces questions, les Français se les posent », interroge Christine Bonfanti qui estime que « les Français ne veulent plus de débats, de discours, de formules médiatiques mais des actes ».

Et des « actes forts », la sénatrice du Lot-et-Garonne en attendait au lendemain des évènements du 1er décembre à l'Arc de triomphe. « Mais vous n'avez rien fait de plus et ne rien faire de plus, c'est laisser faire », déplore-t-elle, estimant que ce ne sont pas les « incantations » du gouvernement qui « calmeront le pays. Encore moins le recours à l'armée ».

Dénonçant le « véritable échec » de la politique du « en même temps » du gouvernement dans le domaine régalien, « la seule politique qui vaille, c'est celle de la fermeté à la hauteur de la violence, celle que le Sénat vous propose depuis le mois de juin dernier », souligne Christine Bonfanti-Dossat dans une allusion sur le projet de loi anti-casseurs déposé au lendemain des violences en marge de la manifestation du 1er mai et que la majorité, dans un premier temps, a retoqué.

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

« Les suicides dans la police ne sont pas une fatalité »

« Les suicides dans la police ne sont pas une fatalité »

Published on 09/09/2019

Depuis le début de l'année, 48 policiers se sont donné la mort.

Éric Ciotti à BFMTV : « Il faut considérer la sécurité et la protection des Français comme une priorité nationale »

Éric Ciotti à BFMTV : « Il faut considérer la sécurité et la protection des Français comme une priorité nationale »

Published on 02/05/2019

Invité ce jeudi de BFMTV, Éric Ciotti a déploré les nombreux actes de violence qui ont éma

Constance Le Grip : « Face aux black blocs et ultra-jaunes, les Français attendent fermeté et efficacité »

Constance Le Grip : « Face aux black blocs et ultra-jaunes, les Français attendent fermeté et efficacité »

Published on 30/04/2019

Comme tous les députés des Républicains, Constance Le Grip, députée des Hauts-de-Seine, es