10 juillet 2018

Une phrase d'Emmanuel Macron prononcée devant les parlementaires réunis en Congrès, hier, à Versailles n'a pas échappé à la vigilance de Bernard Perrut, député "les Républicains" du Rhône.

Celle sur les pensions de réversion pour lesquelles Emmanuel Macron a assuré que "rien ne changera pour les retraités d'aujourd'hui".

« Ce qui veut donc clairement dire que tout changera pour les retraités de demain », suppute Bernard Perrut qui a demandé au Premier ministre, lors de la séance de questions au Gouvernement de ce mardi, ce qu'il en était précisément pour les pensions de réversion. Remise à plat ? Réduction ? Suppression ?

« Les conséquences seraient dramatiques pour les 4,5 millions de retraités (90% de femmes) pour qui cette pension est une source de revenu primordiale », observe Bernard Perrut évoquant un coup de canif dans ce « véritable pacte de solidarité entre conjoints quand l'un d'entre eux a peu ou pas travaillé. Et dans les années qui viennent, les femmes doivent pouvoir vivre dignement si elles perdent leur époux », insiste le député "les Républicains" du Rhône.

Pas un seul instant Bernard Perrut n'imagine le Gouvernement « jeter les bases d'un nouveau contrat social sans défendre les pensions de réversion qui incarnent le respect de la nation à l'égard des hommes et des femmes qui ont partagé leur vie, leur engagement familial, leurs efforts et leur revenu ».

Raison pour laquelle il réclame du Gouvernement la « vérité », de « sortir de l'ambiguïté », de « rassurer les Français avec un engagement clair devant la représentation nationale ». Celui « que les pensions de réversion ne seront pas supprimées ou réduites pour les futures retraitées », espère-t-il.

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains