21 mars 2018

Le projet de loi de la Ministre Schiappa sacrifie les combats essentiels à l'avancée des droits des femmes. Plus grave, en jetant un voile pudique sur le harcèlement sexuel et les abus de faiblesse en politique, dans l'entreprise, et la montée de l'islamisme elle trahit toutes les femmes... surtout celles qui ne sont pas "les premières de cordées" que le gouvernement ne cesse d'assommer en déconstruisant la politique familiale, en précarisant les emplois et en augmentant les taxes.

Défendre la place des femmes dans l'espace public ne consiste pas à mettre en place des dispositifs dont l'inefficacité a été prouvée par les retours d'expérience de certains de nos voisins européens.

Le projet de loi ne porte pas de propositions concrètes pour défendre la laïcité et lutter contre l'islamisme radical. Refuser de lier le recul de la mixité et des droits des femmes à l'avancée du communautarisme et de l'islamisme radical, c'est refuser de combattre efficacement le harcèlement de rue et la ségrégation sexuelle qui se développent dans certains quartiers.

L'islamisme s'en prend désormais aux petites filles en leur imposant de se voiler, le projet de Madame Schiappa ne prévoit pas de disposition pour endiguer ce problème et refuse donc de protéger ces enfants... C'est une faute lourde qui démontre encore une fois que ce projet de loi ne s'attaque pas aux combats les plus essentiels aujourd'hui pour la préservation des femmes d'aujourd'hui et de demain.

Dont acte Madame Schiappa ne sera pas Françoise Giroud et encore moins Simone Veil.

Lydia GUIROUS
Porte-parole des Républicains

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains