08 novembre 2018

A peine votée, la nouvelle Loi de Programmation Militaire 2019-2025 est foulée aux pieds par le Projet de Loi de Finances Rectificative 2018.

Avec ce PLFR 2018, le Président de la République a décidé de faire payer l'intégralité des OPEX par nos armées, revenant ainsi définitivement sur son engagement de campagne présidentielle de 2017 et sur la Loi de Programmation Militaire, elle-même.

Pour ce faire, Emmanuel Macron a commencé par détourner une première fois son propre engagement, en opérant un basculement de crédits au sein du budget des armées à destination du financement de ces OPEX, diminuant de fait les capacités de nos armées à faire face à leurs dépenses d'équipements.

Il est revenu une deuxième fois sur sa parole en décidant que le surcoût non prévu du financement des OPEX par la Loi de finances initiale sera également pris en charge par le budget de la défense, dans le cadre de la solidarité interministérielle, réduisant ainsi un plus encore la capacité de nos forces à faire face à la totalité de leurs engagements.

Aujourd'hui, ultime reniement, le PLFR 2018 remet en cause cette même solidarité interministérielle, en faisant payer au final la totalité du financement du coût de ces OPEX sur le seul périmètre du budget de la Défense en lui retirant purement et simplement 404 millions d'euros de crédits.

Ce PLFR 2018 "bafoue" la Loi de Programmation Militaire qui vient d'être votée par le Parlement sur proposition de ce même gouvernement !

En d’autres termes, Emmanuel Macron donne d’une main et reprend de l’autre. Il a donc trompé nos armées. Sa communication, ainsi que celle de son ministre relèvent bien, comme nous le dénonçons depuis le début de ce quinquennat de l'enfumage pour ne pas dire du mensonge.

Cela nuit non seulement à nos armées mais également et surtout à la défense de notre nation et donc à la sécurité des Français.

Philippe MEUNIER
Vice-Président du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes délégué à la sécurité

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains