13 mars 2017

Mesdames, Messieurs,

Le projet que je publie aujourd’hui est le fruit d’un dialogue intense, engagé il y a plus de trois ans, avec les Français, avec la société civile, avec des centaines d’experts et d’élus engagés dans plusieurs dizaines de groupes de travail.

Je veux les remercier pour leur dévouement.

Ceux qui décrivent ce projet comme une purge ont tout faux. Ils sont soit aveuglés par la mauvaise foi et l’idéologie, soit empêtrés dans leur propre manque de volontarisme.

Ce projet est un projet de croissance. Il est porté par l’ambition de refaire de la France une grande puissance économique et politique.

C’est un projet pour les jeunes. La génération précédente n’a connu que le chômage de masse. Je veux que l’avenir de notre jeunesse, ce soit une société de plein emploi, des finances publiques remises en ordre, des Français réconciliés avec eux-mêmes, et un pays influent et capable de se défendre.

La purge, la détresse sociale, le manque de perspectives, c’est maintenant que nous les avons ! Elles sont le résultat d’années de démagogie et d’atermoiements. Penser que nous pouvons continuer sans réformes profondes relève de l’illusion la plus complète.

Je ne demande pas non plus des « efforts » aux Français. Je leur propose de renouer avec la prospérité. Les efforts, c’est maintenant qu’ils les fournissent ! Les 6 millions de chômeurs et les 9 millions de pauvres qui luttent chaque jour contre le déclassement ne sont pas loin de perdre l’espoir.

Je pense que, contrairement à une large partie de l’élite parisienne, les Français ont compris cela.

Ils sont conscients de la gravité de la situation. Ils sont inquiets pour l’avenir de leurs enfants. Ils aspirent au sursaut. Ils veulent retrouver la fierté d’une nation prospère, apaisée et influente. Ils attendent qu’on leur propose un chemin clair et déterminé.

C’est tout le sens mon projet. C’est le seul qui se fonde sur un diagnostic sans concessions. Et c’est le seul qui présente un ensemble de mesures à la fois ambitieuses, réalistes et justes.

Ces mesures sont reliées par une cohérence technique, évidemment, mais aussi philosophique. Les Français assument leur histoire, ils chérissent leur culture. Ils sont fiers des valeurs de la République. On ne redressera pas notre nation en trahissant ces valeurs.

C’est cette cohérence que je souhaite maintenant vous présenter. Je vous décrirai aussi la méthode que j’entends suivre, car elle fait partie des innovations que je propose aux Français.

Mon programme tient en trois objectifs : libérer, protéger, réconcilier.

Qu’est-ce que j’entends par « libérer » ?

Mon projet valorise la liberté économique mais il va très haut-delà de l’économie. Je propose aux Français un nouveau cadre de vie en commun. Nous devons fermement assurer leur sécurité. Nous devons défendre les valeurs auxquelles ils sont attachés. Et nous devons les rendre à nouveau fiers de leur pays.

Mais rien de tout cela ne sera possible si nous ne retrouvons pas d’abord notre puissance économique.

C’est pour cela que mon projet se distingue radicalement de celui de mes concurrents. En s’attaquant enfin aux vrais verrous qui paralysent notre économie, il ramènera la France vers des niveaux de croissance de 2% et plus, pour permettre une réduction durable du chômage et de véritables créations de richesses.

Par prudence, nous avons bâti notre trajectoire budgétaire sur la base d’hypothèses plus conservatrices. Mais la mise en œuvre de notre projet nous permettra d’aller beaucoup plus loin.

Contrairement aux caricatures, dont certains d’entre vous peinent à se défaire, je ne propose donc pas de libérer les forces déchaînées d’un « capitalisme sauvage », obsédé par le profit. Je propose de permettre à chacun de déployer ses talents, de créer, d’innover sans être paralysé par des freins inutiles ou excessifs.

Pour cela, il faut rétablir la liberté d’entreprendre et la liberté de réussir, en faisant sauter les verrous à la reprise de l’activité économique et de l’emploi.

C’est le sens de mes propositions en matière d’entreprenariat. Elles visent à atteindre, en 10 ans, une densité d’entreprises de taille moyenne à mi-chemin entre le Royaume-Uni et l’Allemagne, soit quasiment doubler leur nombre actuel. Cela permettrait de créer 3,5 millions d’emplois.

Pour parvenir à cet objectif, nous allons agir en profondeur sur l’environnement juridique et administratif des entreprises et de ceux qui entreprennent.

D’abord je propose d’alléger massivement les normes et contraintes, en les alignant sur les normes européennes, sans ajouter d’obligations nouvelles.

Je veux aussi faciliter le recours à l’auto-entrepreneuriat, et créer le statut de prestataire indépendant, pour que notre croissance soit beaucoup plus riche en emplois qu’elle ne l’est aujourd’hui.

Promouvoir la réussite et l’activité, c’est aussi simplifier le droit du travail, mettre fin aux 35 heures, et réformer le dialogue social. Je veux notamment refonder le code du travail autour d’une idée simple : n’y laisser que ce qui relève des normes sociales fondamentales, et renvoyer le reste à la négociation.

Et c’est rendre la fiscalité du capital moins punitive, pour encourager l’investissement, notamment en mettant en place une flat tax à 30% sur les revenus du capital, qui remettra la France dans la moyenne européenne.

Je veux enfin baisser massivement les impôts et les charges sur les entreprises. Je propose un effort de 40 milliards d’euros, qui entraînera un véritable choc de compétitivité et leur redonnera les moyens de se mesurer à la concurrence internationale et de se développer.

Pour financer ces baisses de charges, et pour libérer notre économie, il faut aussi réformer notre sphère publique. Elle doit être un atout, non un frein.

Je compte augmenter le temps de travail de la fonction publique jusqu’à 39 heures, en relançant le dialogue social qui est au point mort depuis cinq ans, et en mettant en place de véritables contreparties en termes de revenus, de perspectives de carrière et de motivation des agents publics.

Les français doivent pouvoir compter sur un Etat fort, qui ne croule pas sous les déficits, qui offre à ses agents publics de réelles perspectives de carrière.

Je veux faire 100 milliards d’Euros d’économies de dépenses publiques sur cinq ans et réduire de 500 000 le nombre d’emplois publics, par le non remplacement d’un départ sur deux. Cela représente une baisse de moins de 10 % sur le quinquennat, ce qui est tout à fait raisonnable. Là encore, il s’agit de revenir vers la moyenne de nos voisins, qui ne sont pas moins bien administrés que nous !

Je veux inventer un « nouvel Etat » qui sera guidé par un principe de simplification : pour chaque information, un seul canal ; pour chaque finalité, une seule procédure ; pour chaque politique, un seul interlocuteur. Je veux, au sein de l’Etat, engager une véritable révolution du bon sens, au service des citoyens comme des fonctionnaires.

Mais notre monde est complexe, mouvant, incroyablement créatif et instable. Et beaucoup de nos compatriotes se sentent fragilisés, voire menacés par cette globalisation et ces transformations incessantes.

Mon projet vise donc aussi à assurer une meilleure protection des français et des atouts de notre pays dans la compétition internationale.

Sans cette protection, la liberté ne peut être ni juste ni efficace.

La première priorité, c’est garantir aux Français leur droit fondamental à la sécurité. C’est le sens de mes propositions consistant à recentrer l’Etat sur la sécurité, la justice, la lutte contre le terrorisme et la défense.

Le rétablissement de notre outil de défense est une urgence absolue.

Immédiatement après l’élection présidentielle, nous lancerons une revue stratégique en vue d’une nouvelle loi de programmation militaire qui sera adoptée au premier semestre 2018. Le budget de défense augmentera dès 2018 avec, pour priorité, le renforcement des capacités opérationnelles. Et notre objectif est que le budget de défense atteigne 2 % du PIB à la fin de la prochaine loi de programmation.

En faisant de la défense une priorité d’action immédiate, nous permettrons à nos armées de retrouver tout de suite les moyens opérationnels nécessaires à l’exécution de leurs missions. Et nous améliorerons la condition sociale des militaires : elle a été injustement négligée, alors qu’elle doit exprimer la reconnaissance et l’appui de la Nation à nos armées.

Je souhaite aussi mettre fin au laxisme en matière de sécurité et d’autorité.

Ce laxisme nuit en priorité aux plus démunis, aux habitants de ce qu’on appelle les « quartiers », à tous ceux qui ont moins de moyens et moins de marges de manœuvre personnelles. L’ordre, le respect de la loi, l’autorité de l’Etat sont des valeurs sociales, des valeurs de la République. J’ai bien l’intention de les réhabiliter, sans avoir à m’en excuser.

Je veux notamment moderniser les moyens des forces de l’ordre, et les décharger de leurs tâches bureaucratiques. Je compte renforcer et généraliser les polices municipales, moderniser notre justice, et relancer la construction de 16 000 places de prison.

Je lutterai sans relâche contre le totalitarisme islamique.

J’ai prévu des mesures fortes pour nous protéger du terrorisme et pour stopper la radicalisation de certains milieux sur notre territoire. Et je propose une relance volontariste de notre politique étrangère, pour que la France retrouve une influence sur ces sujets à l’échelle internationale.

Protéger les Français, c’est aussi leur redonner tout de suite du pouvoir d’achat.

Mon projet intègre un choc fiscal immédiat de plus de dix milliards d’Euros pour les ménages. Tous les salariés bénéficieront immédiatement d’un allègement de charges sociales qui leur procurera un gain de 350 Euros, et donc 700 Euros pour les couples qui travaillent.

Nous allons améliorer la situation financière des familles qui investissent pour notre avenir, avec le relèvement du quotient familial et le rétablissement de l’universalité des prestations.

Nous allons porter une attention particulière aux retraités les plus modestes. Je veux revaloriser les petites retraites et augmenter de 10 % les petites pensions de réversion. Ce sera rendu possible par l’augmentation progressive de l’âge de la retraite à 65 ans.

Nous devons enfin veiller au sort des plus faibles et garantir que personne ne sera laissé sur le bord du chemin. C’est avec cette volonté que j’engagerai un plan pluriannuel contre la grande pauvreté.

Au-delà de ces politiques nationales, la protection des intérêts français passe aussi par une relance du projet européen, en le recentrant sur des missions prioritaires.

Je souhaite que la France reprenne l’initiative pour que l’Europe se défende efficacement dans la guerre économique et assure une protection efficace contre toutes les menaces à nos frontières.

La relance de l’Europe se fera par un nouvel élan donné à la relation franco-allemande. Je proposerai des actions concrètes pour donner une nouvelle vie à notre couple, après les années d’atermoiements de François Hollande.

Mais, je veux aussi engager une véritable stratégie industrielle pour permettre à la France de rester une puissance économique et industrielle de premier rang, notamment dans les domaines d’avenir.

J’assume ainsi une forme de « patriotisme économique » renouvelé, et modernisé. Il ne s’agit pas de protectionnisme mais de défense et de promotion de nos intérêts, dans le respect de la réciprocité.

Toutes les grandes puissances ont cette volonté. J’estime que nous devons lutter à armes égales.

Il n’est pas normal que dans certains de nos secteurs d’excellence industrielle comme la défense ou les équipements de transport, le marché européen soit ouvert à tous, alors que les grands marchés nord-américains ou asiatiques sont fermés à nos entreprises.

Je me battrai donc pour que l’Europe s’attaque enfin à ces déséquilibres, avec la volonté politique dont elle a souvent manqué jusqu’à présent.

Ma politique industrielle ne se limitera pas à la baisse des impôts et à la libération du droit du travail. Je veux que notre pays se donne les moyens de protéger sa souveraineté économique et qu’il assume des objectifs de puissance.

Il n’y a pas de grande puissance dans le monde qui ne soit industrielle.

Or nous vivons une nouvelle révolution industrielle avec le numérique, dont les effets exponentiels se diffusent dans tous les secteurs de l’économie et de la vie sociale. A nous d’entrer pleinement dans cette révolution car nous sommes capables d’en être un leader !

Mon programme contient un ensemble de mesures fortes pour développer les filières de demain.

Nous devons éviter de nous faire imposer des normes ou des acteurs extérieurs. Et nous devons tout faire pour garder nos talents, nos idées et nos technologies, au lieu de les laisser fuir à l’étranger. Je pense à des sujets comme le véhicule électrique, les énergies vertes, l’intelligence artificielle, le big data, l’open data, la blockchain, les objets connectés, l’e-santé.

Dans tous ces secteurs, la France a des atouts considérables. Il n’y a aucune raison de les négliger ou de les brader. Je veux qu’ils puissent se déployer efficacement : ils contribueront au redressement et à l’avenir de notre pays. Je veux qu’ainsi nous préparions les « Airbus » de demain dans les nouvelles technologies !

Le troisième axe de mon projet est la réconciliation.

Nous sentons tous que quelque chose est train de se briser dans le lien social, dans notre solidarité nationale. Les Français ont besoin d’être réconciliés avec eux-mêmes.

Mes propositions vont dans ce sens. Dans tous les domaines, elles introduisent plus de solidarité, de dialogue et de coopération entre les acteurs. Partout, je veux recréer du lien social. Je veux substituer, aux rapports de tension, des logiques partenariales.

C’est le cas, par exemple entre le monde éducatif et le monde de l’entreprise. La relance massive de l’apprentissage et de l’alternance que je propose permettra de retisser ce lien rompu entre institutions qui ont tout à gagner à travailler ensemble.

De même, en voulant refonder l’école, j’ai l’intention de réconcilier les Français avec cette institution qui est la plus noble de la République, et qui a été négligée ces dernières années. Je souhaite la refocaliser sur ses missions fondamentales : apprendre à lire, écrire, compter, connaître l’histoire de notre pays et ses valeurs civiques, apprendre un métier, apprendre le respect et la fraternité.

La laïcité est un autre pilier de notre République, autour duquel les Français doivent se rassembler.

Elle est aujourd’hui affaiblie alors qu’elle est fondamentalement une valeur de réconciliation. Je serai intraitable avec l’Islam radical et l’antisémitisme. Mon projet comprend des actions fortes, comme le strict contrôle administratif du culte musulman tant que son ancrage dans la République ne sera pas achevé.

Réconcilier, c’est aussi une nécessité entre le monde agricole et la grande distribution, avec un dialogue qui doit être plus équilibré et plus équitable.

Réconcilier et relancer le dialogue, c’est aussi ce que je propose entre les pouvoirs publics et le monde associatif, sur les domaines de priorité nationale comme le handicap ou la grande pauvreté. Les pouvoirs publics n’ont pas la science infuse, ils doivent mieux prendre en compte la voix des acteurs de terrains, de ceux qui s’engagent au service de causes qu’ils connaissent mieux que quiconque.

Je veux aussi rassembler les acteurs locaux, les entreprises et le monde de la recherche en matière de valorisation de nos atouts naturels, d’économie verte, de développement des territoires.

Si nous voulons réconcilier les Français avec eux-mêmes et avec leur avenir, il faut que la préservation de l’environnent et le développement durable soient au centre de nos priorités.

Un exemple parmi beaucoup d’autres, en matière d’économie maritime : je souhaite créer une « Alliance pour la Croissance Bleue » sur le modèle de « l’Alliance Industrie du Futur ». Elle réunira les représentants des secteurs économiques, les acteurs scientifiques et académiques et les collectivités territoriales. Elle sera chargée de construire, avec l’Etat, la stratégie de croissance bleue et d’assurer son déploiement en consolidant les secteurs économiques maritimes traditionnels.

La dépendance est un autre sujet sur lequel la coopération entre les acteurs doit être encouragée.

Ce sera le cas entre les familles et les personnes âgées et dépendantes, avec la généralisation des services à la personne. Pour en faire un nouveau modèle économique, j’ai prévu plusieurs mesures qui favoriseront la prévention et le maintien à domicile.

Je propose de créer des « moniteurs de services », sur le modèle des care management japonais, suédois ou canadien, chargés d’informer les personnes âgées et leurs familles, de coordonner la prise en charge, et de contrôler la qualité des services.

Je propose aussi de lancer un plan de professionnalisation des aides à domicile, intégrant le développement des nouvelles technologies et la recherche d’une efficacité accrue des services.

Mesdames et Messieurs,

Libérer, protéger, réconcilier : ces trois objectifs forment un projet ambitieux. Il ne pourra réussir que s’il est mis en œuvre avec méthode et détermination.

Les premières semaines et les premiers mois seront cruciaux. Je ne perdrai pas de temps. Je mettrai en œuvre ce que les Français auront choisi. Je ne laisserai pas les lobbys, les intérêts catégoriels, les corporatismes et les conservatismes freiner ce mouvement qui aura été décidé de manière démocratique et incontestable.

Dans la foulée de l’élection présidentielle, la vie publique sera profondément réformée. Nous la mettrons au niveau des meilleurs standards internationaux.

Je constituerai un gouvernement restreint, avec quinze membres au total et des secrétaires d’Etat collaborateurs des ministres et sans attribution particulière.

Les ministres seront choisis sur un critère exclusif : celui de la compétence.

Les effectifs des cabinets seront limités à dix personnes.

Les ministres signeront un code de conduite des membres du gouvernement. Ce code garantira notamment la collégialité et la solidarité gouvernementale, la prévention des conflits d’intérêt et la bonne utilisation des moyens publics.

Les ministres auront des objectifs précis à remplir, avec des échéances à respecter. Leur action fera l’objet d’un suivi qui sera publié. Les ministres qui n’atteindront pas leurs objectifs ne resteront pas au gouvernement. L’Etat n’est pas une entreprise mais il n’est pas interdit de s’inspirer des techniques managériales qui ont fait la preuve de leur efficacité dans le monde entier.

Nous engagerons aussi, dans le respect de la séparation des pouvoirs, un processus associant étroitement les parlementaires, en vue de la modernisation de leur statut et de celui de leurs collaborateurs.

Dans les trois mois suivant l’élection, nous adopterons les grandes réformes économiques autour de quatre axes principaux.

Premièrement, nous engagerons un vaste plan pour alléger les contraintes et lever les freins à l’embauche et à l’activité. Il intègrera notamment la réforme du droit du travail, la suppression des 35 heures et du compte pénibilité.

Deuxièmement, nous rétablirons la compétitivité des entreprises par la baisse des charges, la réforme de la fiscalité du capital et la réforme des retraites.

Troisièmement, nous stimulerons le pouvoir d’achat des français, notamment par le forfait des charges salariales, l’augmentation des petites retraites et le relèvement du quotient familial.

Quatrièmement, nous lancerons un grand mouvement de baisse des dépenses publiques et de simplification des procédures administratives.

Au-delà de ces initiatives de court terme, nous aurons engagé, avant la fin de l’année 2017, trois démarches de fond.

Nous aurons lancé un ensemble de grands programmes prioritaires en matière de handicap et de grande pauvreté.

Nous aurons adopté des plans d’action en matière de justice et de sécurité ainsi que la revue stratégique en matière de défense.

Et nous aurons activé une initiative européenne globale pour consolider la zone euro, pour rétablir une réciprocité véritable en matière commerciale, et pour renforcer la sécurité aux frontières communautaires.

Mesdames, Messieurs,

Avant la fin de l’année, la France sera entrée dans une nouvelle époque.

Notre action sera massive, puissante, méthodique. Dans tous les domaines, j’irai plus loin que ce que proposent les autres candidats à la présidentielle toujours séduits par les demi-mesures ou les propositions folles. Notre action permettra de rétablir de manière immédiate la confiance qui s’est évaporée au fil des ans.

Dès les premières semaines, chaque Français verra que quelque chose d’inédit est en train de se produire. Chaque observateur étranger comprendra que le redressement de la France est enfin enclenché.

Je vous remercie et suis maintenant disponible pour répondre à vos questions.

>> Retrouvez le projet de François Fillon sur Fillon2017.fr

Abonnez-vous Les républicains magazine Toute l'actualité politique des républicains