Lydia Guirous : « Emmanuel Macron a zadisé la France. Il faut sortir de cette situation »

Publié le 11/02/2019

Pour Lydia Guirous, porte-parole des Républicains, Emmanuel Macron et son Gouvernement, en raison de leurs mépris et arrogance, sont responsables de la grave crise que traverse la France.

« Il devait être l’artisan de la "start-up nation". Or, le chômage est toujours aussi élevé, les dépenses publiques ne cessent d’augmenter, la dette approche 100% du PIB, la croissance est en berne et la France est devenu le 1er pays de l’OCDE en terme de prélèvements obligatoires. Il n’y a pas eu de miracle Emmanuel Macron ! »

Lors du point-presse de ce lundi, Lydia Guirous, porte-parole des Républicains, s’est alarmée de la santé économique déclinante de la France. Mais également, au lendemain d’un week-end marqué par l’acte 13 des gilets jaunes, de sa santé sociale. 

« La crise se poursuit donc et abîme un peu plus l’image de notre pays », déplore la porte-parole des Républicains qui fustige un « Emmanuel Macron incapable d’enrayer la crise en raison de son mépris et de son arrogance. Et sa présence en saturation sur les chaînes d’information en continu dans le cadre du grand débat ne parvient pas à calmer colère d’une partie des Français », observe-t-elle encore.

« Emmanuel Macron a zadisé la France. Il faut sortir de cette situation », lance Lydia Guirous, constatant les dégâts que cette crise provoque. « Par son manque de courage et d’écoute, Emmanuel Macron porte l’entière responsabilité de cette situation et de l’image dégradée de la France dans le monde », assure Lydia Guirous qui demande, au nom des Républicains, que le gouvernement et Emmanuel Macron, aujourd’hui incapables d’enrayer cette « violence grandissante », assurent « le retour au calme »

Un retour au calme qui ne passera, estime-t-elle, que par des mesures en faveur du pouvoir d’achat des Français mais également par le vote de la loi anti-casseurs « qui sera renforcée par le Sénat* ».

« Il faut casser les casseurs. Nous demandons le rétablissement des peines-plancher envers toutes les personnes qui s’en prennent aux forces de l’ordre, pour que la peur change de camp et que les policiers et gendarmes sentent que la République est de leur côté. Ces peines doivent permettre de sanctionner très lourdement les casseurs », réclame Lydia Guirous observant « une violence qui va crescendo » et qui « parvient à des niveaux jamais atteints ».

« C’est intolérable et cette violence doit cesser », poursuit-elle prenant bien le soin de dissocier de ces casseurs « ceux qui respectent les règles, ces Français qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts » et dont le message de colère légitime née du matraquage fiscal du gouvernement est dévoyé par ces extrêmes violences.

*Le texte voté en 1ère lecture, mardi dernier, par l’Assemblée nationale sera débattu au Sénat le 12 mars prochain

Signez notre pétition

Non aux régularisations Macron !

Il n’y a jamais eu autant d’immigrés en France. Au cours de la première année du mandat d’Emmanuel Macron, la France a délivré 262 000 titres de séjour, un record depuis 43 ans. De surcroît, notre pays a régularisé 180 000 immigrés clandestins depuis 2012.
Nous apprenons que le gouvernement prépare la régularisation de 10% des sans-papiers présents en France. Le gouvernement refuse de confirmer ou d’infirmer cette information. Les Français ont le droit de savoir combien de clandestins seront admis à séjourner en France.
Revenons au bons sens : l’immigration illégale est illégale et il ne peut y avoir de prime à l’illégalité. Quand une personne entre illégalement en France, elle ne doit pas y rester.

Signez la pétition

Nos dernières actualités

Laurence Sailliet : « Nous réclamons le retour à l'ordre républicain et économique ! »

Laurence Sailliet : « Nous réclamons le retour à l'ordre républicain et économique ! »

Published on 18/02/2019

Au lendemain du 14ème acte des gilets jaunes, Laurence Sailliet, porte-parole des Républic

Éric Woerth à CNEWS : « Le droit de manifester est fondamental. Le droit de casser n'existe pas »

Éric Woerth à CNEWS : « Le droit de manifester est fondamental. Le droit de casser n'existe pas »

Published on 06/02/2019

Invité ce mercredi matin de CNEWS, Éric Woerth a confirmé avoir voté le projet de loi anti

Bruno Retailleau à Public Sénat : « Si nos démocraties ne se protègent pas, la violence augmentera »

Bruno Retailleau à Public Sénat : « Si nos démocraties ne se protègent pas, la violence augmentera »

Published on 31/01/2019

Invité de Public Sénat ce jeudi, le président du groupe les Républicains au Sénat, Bruno R