Laurence Sailliet : « Il faut réarmer la France au niveau sécuritaire avec une politique pénale plus adaptée »

Publié le 08/10/2018

« Le remaniement ministériel annoncé ne doit pas être uniquement un jeu de chaises musicales ou un casting de façade mais correspondre à un véritable changement de politique de la part du président de la République ».

Porte-parole, Laurence Sailliet a profité du point-presse hebdomadaire des Républicains, lundi midi, pour réclamer du Gouvernement, à l'aube du remaniement ministériel, la mise en place de nouvelles politiques, notamment en matière régalienne.

« Le constat de Gérard Collomb est clair. Il s'est fait le porte-parole d'une France qui est aujourd'hui dans un état sécuritaire déplorable », estime Laurence Sailliet rappelant les propos du ministre de l'Intérieur lors de son départ de la place Beauvau qui évoquait la situation dans certaines banlieues et certains quartiers : « aujourd'hui, c'est plutôt la loi du plus fort qui s'impose, celle des narcotrafiquants, des islamistes radicaux, qui a pris place dans la République. »

« Il y a un réel problème et le président de la République doit en prendre conscience », souligne la porte-parole des Républicains, notant que « les meilleurs porte-parole de cette désillusion ont été ses ministres qui sont partis ».

« Quand Gérard Collomb annonce une quasi guerre civile, on voit bien qu'il n'a pas eu les moyens de s'attaquer aux tensions sur le terrain et à ce problème majeur de la montée du communautarisme », observe pour sa part Gilles Platret, porte-parole et maire de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Pour lui, le départ de Gérard Collomb est la preuve que « ce Gouvernement n'a pas fonctionné correctement. C'est un véritable camouflet et sans doute la reconnaissance publique d'une certaine forme d'impuissance », estime-t-il.

Pour Laurence Sailliet, il est impératif et urgent de « réarmer la France au niveau sécuritaire avec une politique pénale plus adaptée car si nous continuons ainsi, on ne pourra pas reprendre la main sur ce fléau qu'est l'islamisation de certains territoires et cette insécurité qui ne cesse d'augmenter avec 1 000 agressions par jour et 80 dépositaires de l'ordre public blessés chaque jour, souligne la porte-parole des Républicains qui attend du président de la République « un véritable électrochoc ».

Signez la pétition

Exigeons 5h d'activités d'intérêt général par semaine en contrepartie du RSA !

Il y a huit ans, Laurent Wauquiez fut l'un des premiers à dénoncer les dérives de l'assistanat et à proposer l'instauration de contreparties au versement du RSA. Huit ans plus tard, Edouard Philippe a évoqué cette idée. Idée immédiatement rejetée par son propre gouvernement...
Nous croyons à la politique sociale par le travail, pas à la politique sociale par l'assistanat ! L'un des grands maux de notre pays est d'enfermer dans l'assistanat de trop nombreux Français en ne valorisant pas assez la reprise d'un travail.
Nous demandons que soit modifiée la loi pour conditionner à au moins 5h d'activités d'intérêt général par semaine le versement du RSA.

Signez la pétition

Nos dernières actualités